Que se passe-t-il dans le corps lors de prise du vaccin contre la Covid-19 ?

coronavirus
Vaccination
Campagne de vaccination en Martinique. ©P. Chateau-Degat
Selon le gouvernement et les médecins, la vaccination est le seul rempart contre la covid-19. Pourtant elle atteint 22% de la population martiniquaise. S'il est difficile d'expliquer exactement les causes de ce faible taux, il est important de comprendre le fonctionnement de ce traitement.

Face à la Covid-19, le seul traitement préconisé est la vaccination. Il s'agit de sensibiliser notre système immunitaire afin qu'il se défende en déclenchant une réponse spécifique.

Fabriquer des anticorps contre le virus. Ces derniers ont pour mission de neutraliser et d'aider à éliminer le virus à l’origine de la maladie, avant qu’il n’ait le temps de se diffuser dans tous nos organes et y provoquer des dégâts majeurs.

Deux types de vaccins contre la Covid-19 sont utilisés en Martinique. L'un à ARN messager (vaccins PFIZER BIO-Ntech et MODERNA) et l'autre à vecteur viral (AstraZeneca et Johnson & Johnson). Ils ont la même mission. Transporter un message, mais de manière différente.

Nous interrogeons le docteur Jean-Luc Fanon, chef de Service du Pôle de Gérontologie et Gériatrie au Centre Hospitalier Universitaire de Martinique (CHUM). 

 

Que se passe-t-il quand on injecte un vaccin à ARN messager ?


 

Pour ce vaccin, une séquence génétique de la protéine de surface du virus, synthétisée en laboratoire, appelée protéine "S" ou spike est introduite dans le corps, protégé dans une minuscule enveloppe graisseuse. 

 

Une fois introduit dans le muscle deltoïde de l'épaule, l’ARNm va coder et fabriquer dans le cytoplasme (contenu de la cellule) des cellules musculaires la protéine S. Celle-ci va déclencher la production d’anticorps neutralisants (lymphocytes) et cytotoxiques.

 

Enfin, des lymphocytes-T mémoire pourront ultérieurement reconnaître la protéine S, c’est-à-dire le virus et déclencher la réponse immunitaire avant que ne se développe l’infection.

 

L'ARN est détruit après l'injection et disparaît en quelques heures dans le muscle.

 

Avec les vaccins à vecteur viral, l'on utilise comme transporteur, un virus non pathogène - et donc inoffensif pour l'homme - pour transporter le matériel génétique du coronavirus, fabriquant la protéine qui déclenchera aussi une réponse immunitaire.

Docteur Jean-Luc Fanon

 

Pourquoi faut-il deux injections et pourquoi un délai aussi long ? 

La seconde injection va créer un effet booster qui renforce la réaction immunitaire.  Selon les préconisations du laboratoire validé dans l'essai thérapeutique, il faut 3 à 6 semaines entre les deux injections pour  les vaccins de Pfizer et Moderna, 12 semaines pour ASTRA ZENECA pour  bénéficier des effets de la seconde dose.

 

Puis, il faut 14 jours pour obtenir un premier niveau d'immunité de 70% à la suite de la première injection.

 

Ça veut dire que si vous rencontrez le virus, vous éviterez une forme grave dans 70% des cas. Après la seconde injection, il faut à nouveau attendre 14 jours pour que vous obteniez une immunité à 95% pour un adulte et 100% pour un adolescent. 

 

Pour être réellement protégé, il faut attendre 5 à 8 semaines à partir de la 1ère injection par exemple pour uvaccination par le vaccin de Pfizer. Ainsi, si vous vous faites vacciner le 25 août, cela vous ramène au mieux au 29 septembre 2021. 

 

Pourquoi est-on davantage malade lors de la seconde injection ?

Comme lors de toute vaccination, les effets secondaires les plus fréquents lors de la première injection apparaissent le lendemain, des manifestations locales comme une sensibilité, une rougeur et une douleur au point d’injection.

 

Cependant, lors de la seconde injection, les manifestations générales peuvent se manifester comme de la fatigue, de la fièvre, des douleurs musculaires, et/ou des "courbatures".

 

Elles correspondent à la réactogénicité, témoin de la réaction immunitaire, plus fréquente d’ailleurs chez les sujets jeunes.

 

Qu’en est-il des effets indésirables graves ?


 

La majorité des effets indésirables sont attendus et non graves, le plus souvent locaux (ANSM). Les réactions allergiques graves sont rarissimes (1/100 000 vaccinations avec le vaccin PFIZER) surviennent dans le quart d’heure qui suit l’injection, raison pour laquelle on vous garde en observation pendant 15 minutes après.

 

Les atteintes cardiaques comme les myocardites sont exceptionnelles (1/1 million). Elles concernent les adolescents et sont jusqu’alors sans conséquence.

 

Les thromboses (avec le vaccin d’ASTRA-ZENECA) concernent 1 patient pour 100 000 injections. Principalement chez des sujets jeunes, raison pour laquelle ce vaccin est contre indiqué avant 55 ans.

Docteur Jean-Luc Fanon

 

►La Martinique dénombre, au mardi 24 août 2021, 71194 personnes entièrement vaccinées (1ère et 2e injections), soit 22,51% pop. 12 ans et plus.