martinique
info locale

Le rapport sur le chlordécone propose des mesures d'accompagnement pour la pêche et l'agriculture

chlordécone
Rapport Chlordécone
©Martinique la 1ere
La commission d’enquête sur l’utilisation du chlordécone et du paraquat aux Antilles, a rendu son rapport le 26 novembre 2019. Ce document de près de 500 pages, contient une série de mesures pour réparer les préjudices économiques, notamment pour la pêche et l’agriculture.
Jusqu’à présent, les agriculteurs doivent mettre la main à la poche pour dépolluer leurs parcelles contaminées au chlordécone. Le rapport de la commission d’enquête prévoit de changer la donne en mettant en place des mesures d’accompagnement.

Plusieurs techniques existent déjà pour cultiver sur une surface contaminée, comme la culture hors sol, également applicable pour l’élevage des volailles, ainsi que l’utilisation de plantes absorbantes.
agriculture ferme
Les cultures sont placées et cultivées en respect avec l'environnement. ©Christine Cupit
Une autre solution est également envisagée, la mise à disposition des terres en friche, à condition qu’elles ne soient pas polluées.
Certains exploitants estiment que ce n’est pas suffisant. Ils réclament la mise à disposition des terres classées.

Raymond Réjo membre fondateur du groupement des agriculteurs bio

Le rapport de la commission d’enquête sur le chlordécone, souhaite aussi privilégier les cultures de diversification. Il préconise d’orienter davantage les subventions vers ce secteur.

Selon l’ODEADOM (Office de développement de l'économie agricole des départements d'Outre-mer) près d’un quart des exploitations en Martinique, ne bénéficient d’aucune aide.

L’autre proposition phare, c’est le développement de l’agriculture biologique, aux Antilles. En Martinique, les exploitations bio représentent à peine 1%.
agriculture bio
Alexandre Terne sur son exploitation agricole bio de plusieurs hectares. ©C.C.
Des subventions seront versées, pour faciliter la reconversion des exploitants vers l’agro-écologie. Par ailleurs, des zones d’interdiction des cultures sensibles seront mises en place, comme pour la pêche.

Des contrôles de conformité seront réalisés en amont, directement sur les parcelles. Enfin, le programme JAFA destiné aux particuliers qui cultivent à domicile, sera reconduit avec un renforcement des moyens financiers. Il sera même appliqué à la pêche. 

Luc Bocharel, conseiller en agronomie Jafa

Depuis l’interdiction de la pêche côtière à cause de la contamination du littoral à la chlordécone, un certain nombre de marins pêcheurs a dû cesser toute activité.

La filière en a beaucoup souffert. Les plans chlordécone n’ont pas permis de rectifier le tir. Le rapport de la commission d’enquête préconise une indemnisation intégrale du préjudice économique subi, à cause de l’interdiction de pêcher.
pêcheurs
Le projet de la coopérative maritime au François est l’œuvre des marins-pêcheurs ©MARTINIQUE 1ERE

Une évaluation des pertes sera réalisée


Une prime sera prévue pour les professionnels qui se lancent dans une démarche "zéro chlordécone" et dont la production serait non conforme aux LMR, les limites maximales de résidus.

Autre mesure proposée, l’exonération totale des charges sociales et fiscales pendant trois ans. Le rapport prévoit aussi, de mobiliser des aides de l’État, pour la modernisation et le renouvellement des flottes de pêche souvent vieillissantes et inappropriées pour la pêche au large.

Depuis novembre 2018, le renouvellement des flottes de pêche est autorisé, dans les régions ultrapériphériques. Ces aides peuvent favoriser la construction de nouveaux navires d’une longueur de 24 mètres maximum.

Dernière mesure, la construction de lycées professionnels maritimes, pour accompagner les marins pêcheurs dans leur reconversion.
 

Consultez le rapport

 

Cliquez ici pour consulter le rapport  de la commission d’enquête sur l’impact économique, sanitaire et environnemental de l’utilisation du chlordécone et du paraquat en Guadeloupe et en Martinique enregistré le 26 novembre 2019 à la Présidence de l'Assemblée nationale.

Publicité