Reconfinement en Martinique : un contrôle de gendarmerie pédagogique avant la verbalisation

coronavirus
 Les gendarmes ont érigé un barrage filtrant au niveau du rond-point de l’Anse Gouraud sur la nationale 2
Les gendarmes ont érigé un barrage filtrant au niveau du rond-point de l’Anse Gouraud sur la nationale 2
Les gendarmes ont érigé un barrage filtrant au niveau du rond-point de l’Anse Gouraud sur la nationale 2 à Schoelcher. L’objectif n’était pas de verbaliser mais d’être pédagogue, avant de réprimander dès le 3 novembre.
C’est un simple avertissement qu’ont reçu les conducteurs des 181 voitures contrôlées lundi 2 novembre 2020 au rond-point de l’Anse Gouraud à Schoelcher.

Pendant deux heures, une vingtaine de gendarmes et trois réservistes, ont demandé attestations de sortie et papiers d’identité aux personnes inspectées. Aucune verbalisation n’a été faite, il s’agissait d’un contrôle pédagogique.

En effet, de nombreuses personnes ont sillonné la Martinique afin de fleurir les tombes de leurs proches, ce qui a contraint le préfet à autoriser ces déplacements.
 
confinement
Le confinement impose de sortir avec une attestation en bonne et dûe forme. ©Martinique la 1ère
Le chef d’escadron de la gendarmerie, Julien De La Fuente, qui a dirigé ce contrôle, est satisfait. La plupart des automobilistes avaient leurs attestations. Quelques contrevenants ont expliqué ne pas savoir que la Martinique était reconfinée ou qu’ils pensaient ne pas en avoir besoin le 2 novembre (jour des défunts).
 

Les verbalisations débutent


Si l’indulgence était de mise ce lundi 2 novembre 2020, le militaire assure que dès le mardi 3 novembre des verbalisations vont avoir lieu pour les personnes ne respectant pas les consignes.

Les automobilistes confirment que ces contrôlent sont nécessaires pour endiguer la propagation du Covid. Ils assurent, devant les forces de l’ordre, qu’il faut encore plus de barrages afin de démotiver les personnes qui sortent sans raison.

La Martinique est le seul territoire d’outre-mer qui est de nouveau confinée. Cette mesure s’applique au moins jusqu’au 1er décembre 2020. Elle sera assurément reconduite si jamais, d’ici là, l’épidémie n’est pas maîtrisée.