publicité

Rivière-Salée met à l'honneur Hippolyte Cayol, grand militant associatif

Le foyer rural de Desmarinières porte désormais le nom d'Hippolyte Cayol, l’un des principaux fondateurs de la Fédération des foyers ruraux de Martinique. L'homme âgé de 95 ans, milite depuis longtemps pour une "ambiance de fraternité et d’amitié".

Benjamin François Panzo, 1er adjoint au maire de Rivière-Salée remet une distinction à Hippolyte Cayol (Rivière-Salée le 13 août 2016) © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Benjamin François Panzo, 1er adjoint au maire de Rivière-Salée remet une distinction à Hippolyte Cayol (Rivière-Salée le 13 août 2016)
  • Martinique 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Cérémonie de dénomination du foyer rural de Desmarinières en foyer rural Hippolyte Cayol ce samedi (13 août) à Rivière-Salée. Les invités sont d’abord rentrés dans le foyer en silence comme l’indiquait le protocole, accompagnés de l’hymne de l’Inflexible composé par Hippolyte Cayol et interprété par la chorale de l'association. 

"Instaurer une ambiance de fraternité dans les quartiers"

Hippolyte Cayol, dit "Titi", enseignant puis directeur d’école, est à la retraite depuis 1982. Il est né à Trinité le 24 février 1921. Marié deux fois, père de huit enfants, il a dix-sept petits-enfants et deux arrières petits-enfants. Très impliqué à la Fédération des œuvres laïques, dont il fut membre du conseil d’administration, il est l’un des principaux fondateurs de la Fédération des foyers ruraux de la Martinique en 1970 dont il a été le président de 1971 à 1977.

"C'est sous son impulsion, qu'est né le foyer rural de l’Inflexible de Desmarinières", dira le représentant du maire de Rivière-Salée. "Ce sont les valeurs trouvées au sein de la Fédération des oeuvres laïques, qui ont fondé ma volonté à installer des foyers ruraux en Martinique", explique Hippolyte Cayol. 
Selon Hippolyte Cayol, toute association a pour but l’animation afin d’instaurer dans le quartier, un mouvement, une ambiance de fraternité, une ambiance d’amitié, permettant d’élever les uns et les autres ; autant les parents que les enfants. L'homme est un ardent défenseur d’un idéal laïc "pour répandre dans toute communauté un esprit de fraternité, un esprit d’aideDans les relations avec l’autre, il faut chasser toute amertume et vivre dans l’amour et dans l’amitié ; il n’y a que cela qui vaut la peine d’être fait".

Hippolyte Cayol a reçu tour à tour les hommages de ses amis, ses parents, dont sa petite fille qui a lu un poème émouvant à l’adresse de son grand-père, qui lui même est poète à ses heures. La cérémonie s’est terminée à l’extérieur du foyer rural de Desmarinières par la découverte de la plaque portant désormais le nom d'Hippolyte Cayol, avant l’incontournable pot de l’amitié. 
Hippolyte Cayol, honoré à Bois Lézard au Gros-Morne. Le foyer rural du quartier porte son nom. © C.Ventura
© C.Ventura Hippolyte Cayol, honoré à Bois Lézard au Gros-Morne. Le foyer rural du quartier porte son nom.

Reconnaissance similaire au Gros-Morne

La journée fut décidément intense, puisque samedi matin (13 août) Hippolyte Cayol était au Gros-Morne. Dans cette commune également, les élus et les responsables des foyers ruraux rendent hommage à son dévouement pour le "mieux vivre ensemble". Le foyer rural de Bois Lézard porte aussi le nom d'Hippolyte Cayol.
Hippolyte Cayol dit Titi

Activités d‘enseignement et de direction :
Instituteur stagiaire, 1949-1950 quartier Bon Air à Sainte-Marie. Instituteur titulaire le 1er janvier 1951. Adjoint, 1950-1951- école de Monésie à Sainte-Luce . Octobre 1951- Décembre 1952, école de Bon Air à Sainte-Marie. Directeur, Janvier 1953-Juillet 1959 Bon Air à Sainte-Marie. Septembre1959-Juillet 1966 Desmarinières à Rivière-Salée. Septembre 1966-Juillet 1967 Intérim à Bois Lézard au Gros-Morne. Septembre 1967-Juillet 1970 Bezaudin, à Sainte-Marie. Septembre 1970-Juillet 1974 Robert (G). Septembre 1974-Juillet 1976 Morne-des-Esses "B" à Sainte-Marie. Septembre 1976-Juillet 1982 Gros-Morne "A". Date de cessation d'activités scolaires : juillet 1982.

Récompenses : Mention honorable : 1er juillet 1968. Médaille de bronze : 1er juillet 1972 . Médaille d'argent : 1er juillet 1974. Médaille de bronze de la Jeunesse et des sports : 14 juillet 1981.

Activités d'animation :
Directeur de colonies de vacances
1948 : moniteur à Saint-Pierre
1949-1954 : directeur non diplômé à Saint-Pierre
1955 : directeur stagiaire
1956 : directeur de camp d'adolescents itinérant (Saint-Pierre, Morne-Rouge, Carbet)
1957 : directeur de camp (Trois-Ilets, Marin, Sainte-Luce)
1958-1961 : directeur de camp (Carbet, Sainte-Anne)
1962 : directeur de camp (Barrière La Croix, Sainte-Anne)
1963-1968 : directeur de camp (Saint-Pierre, Carbet)

Trésorier durant plusieurs années de l’Oeuvre des colonies de vacances. Encadrement des stages de formation de personnel d'encadrement des colonies de vacances depuis 1977. Vice-président de la Fédération des oeuvres laïques, responsable des colonies de vacances depuis 1980. Fondateur et animateur des cours d'adultes à Bon Air à Sainte-Marie et à Monésie, Sainte-Luce.

Autres activités :
Administrateur de la Fédération des oeuvres laïques depuis 1957. Président de la Fédération des auberges de jeunesse durant son existence (autour des années 1950). Membre fondateur de la Fédération des foyers ruraux en 1970. Président de 1971 à 1977. Vice-président depuis 1977. Fondateur des foyers ruraux de Desmarinières (Rivière-Salée) puis de Bois Lézards (Gros-Morne). Président fondateur du comité du souvenir Félix Lorne à Sainte-Marie qui y a érigé un buste en sa mémoire. Félix Lorne était un instituteur qui en voulant sauver la vie d'enfants qui lui étaient confiés, perdit la sienne dans la mer de Sainte-Marie.

Activités publiques :
Conseiller municipal du Gros-Morne à partir de 1983.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play