Sainte-Lucie n'a pas assez d'argent pour son développement

monde
Allan Chastanet
Allan Chastanet, premier ministre de Sainte Lucie, présente le budget 2017/2018 ©stluciatimes
Allan Chastanet, Premier ministre de Sainte Lucie, déclare que les 500 millions d’euros prévus dans les prévisions de dépenses pour l’année 2017/2018 sont insuffisants pour développer le pays et financer les projets sociaux. L'opposition déplore ces annonces.
Les hôpitaux, le judiciaire, l’éducation et même le département des infrastructures ont tous besoin de fonds. Mais le Premier ministre, qui est aussi ministre des finances, a mis en garde tous le monde, "il n’y a pas assez d’argent".

L'investissement reste la priorité

Dans le premier budget depuis l'élection du nouveau Premier ministre en juin 2016, les saintluciens ont appris que l’objectif principal du Premier ministre c’est d’attirer des investisseurs étrangers afin de créer de l’emploi et démarrer la croissance économique. Ainsi, il peut éviter de nouvelles taxes. Il veut également faire face au surendettement et au déficit qui ne cesse de se creuser.

Nous sommes déterminés à sortir Sainte Lucie de ce bourbier économique, dit le premier ministre, Allan Chastanet.



Le chômage s'élève à 20% de la population active dont 43% chez les jeunes 




Le tourisme pour stimuler l'économie

Pour stimuler l’économie, le Premier ministre mise sur le tourisme. Cinq projets d’hôtels sont en cours ainsi qu’un projet de développement très controversé, Pearl of the Caribbean, sur 325 hectares à Vieux Fort dans le sud de Sainte-Lucie. La formation dans des métiers d’accueil est également une priorité pour le gouvernement.

 

L'opposition condamne la suppression des programmes sociaux

Pour sa part, l’opposition a critiqué une absence de programmes sociaux dans ce budget. Une initiative qui consistait à offrir un ordinateur portable à chaque collégien, a été supprimé ainsi que les emplois subventionnés par l’État dans les domaines des services à domicile et l’entretien des espaces verts.

Pour réaliser des économies, le Premier ministre a annoncé la fermeture de Radio Sainte-Lucie, la chaîne de l’État, ainsi que l’office pour la commercialisation de la pêche et la commission de commercialisation des produits agricoles. Ces structures subventionnées par l’État ne génèrent aucun bénéfice, selon le premier ministre.

Pour l’opposition, la fermeture de ces entités va seulement augmenter le chômage. "Le premier ministre Allan Chastanet n’a pas présenté un budget pour créer une Sainte-Lucie meilleure. Au contraire, ce budget créera une Sainte-Lucie amère", notent les porte-paroles de l'opposition.