Séjour de cohésion pour les 100 volontaires au Service National Universel

jeunesse
SNU Service national universel
©SNU

Ce 21 juin, 100 jeunes martiniquais commencent leur Service National Universel (SNU). Une première pour notre territoire, l’opération n’avait pu avoir lieu l’an dernier à cause de la situation sanitaire. Pour ces jeunes gens, le séjour de cohésion va s’achever le 2 juillet.

Opération nationale que ce Service National Universel, 18 000 jeunes volontaires se sont inscrits pour suivre le cursus. Ces jeunes sont âgés de 15 à 17 ans et vont donc vivre en communauté durant ce séjour dit de cohésion.

Service national du 21e siècle...

Ils auront droit à un programme pédagogique et éducatif privilégiant les actions concrètes. Les journées s’articuleront autour :

  • d’Activités physiques, sportives et de cohésion ;
  • Autonomie, connaissance des services publics et accès aux droits ;
  • Citoyenneté et institutions nationales et européennes ;
  • Culture et patrimoine ;
  • Découverte de l’engagement ;
  • Défense, sécurité et résilience nationales ;
  • Développement durable et transition écologique.

 

Service national universel SNU
Après le séjour de cohésion, les jeunes volontaires doivent accomplir une mission d’intérêt général (MIG) ©SNU

 

 

Socle commun pour les 18 000 volontaires avec des activités propres à chaque territoire

Le SNU est en quelque sorte « un service militaire du 21e siècle », si les jeunes martiniquais issus d’une douzaine d’établissements scolaires auront pour base le centre UCPA du Vauclin, il ne s’agit nullement d’un camp de vacances.

Près de 20 adultes vont encadrer ce groupe martiniquais pour un séjour qui vise notamment à transmettre un « socle républicain » aux participants et à renforcer la « cohésion nationale ».

Lancé en 2019, le SNU avait été expérimenté cette année-là par 2 000 jeunes dans 13 départements pilotes, dont la Guyane pour les territoires d’outre-mer.

Répartis dans 143 centres dans l’Hexagone et dans les outre-mer, si ces centres auront des points communs, chaque territoire a conçu un programme de proximité.  Avec la situation sanitaire et la circulation du coronavirus, les 100 volontaires martiniquais effectuent leur séjour de cohésion « à domicile ». Parmi les activités programmées en Martinique, la dimension culturelle a toute son importance et les jeunes auront de la voile traditionnelle, du bèlè, des soirées autour des contes péyi et d’autres surprises qui leur ont été concoctées.

Le SNU constitue une forme d’engagement sur la durée. Après le séjour de cohésion, les jeunes volontaires doivent accomplir une mission d’intérêt général (MIG) au sein d'une association, d'une administration ou d'un corps en uniforme. Une mission de 84 heures qu’il faudra réaliser d’ici 1 an.

Le gouvernement souhaite généraliser le Service national universel avec une projection d’ici 3 ou 4 ans  

Nous avons pensé le SNU comme un dispositif d’entrée active dans la citoyenneté pour les jeunes avec la découverte des différents engagements possibles dans la société (Service civique, junior associations, réserves des corps, jeunes sapeurs-pompiers, etc.) et d’acteurs nationaux comme locaux au service de l’intérêt général (services de l’État, des collectivités et associations). Convaincue que cohésion et engagement se nourrissent mutuellement, notre ambition est de voir naître de nouvelles envies de s’engager durablement dans la société.

Sarah El Haïry, la Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement.

 

Avec des sessions d’initiation à l’auto-défense ou encore la sensibilisation au respect de l’environnement, chaque jeune sera acteur de son stage, autour de valeurs telles que la discipline et la rigueur. Et qui sait si des vocations pourraient naître de ce séjour.