Suriname : des visas pour stopper l’immigration illégale haïtienne

monde
Suriname, Paramaribo
La France a tiré la sonnette d’alarme sur le flux croissant, en Guyane, de migrants haïtiens venus de Paramaribo, la capitale du Suriname. ©FRANCK LECONTE
Depuis jeudi (15 septembre), les haïtiens qui veulent se rendre au Suriname doivent disposer d'un visa. Les autorités surinamiennes disent avoir pris cette mesure pour prévenir les activités criminelles et l’immigration illégale.
Depuis jeudi (15 septembre), les haïtiens qui veulent se rendre au Suriname doivent disposer d'un visa. Les autorités surinamiennes disent avoir pris cette mesure pour prévenir les activités criminelles et l’immigration illégale.

Cette décision aurait été prise après une plainte du gouvernement français, via son ambassade au Suriname. La France a tiré la sonnette d’alarme sur le flux croissant, en Guyane, de migrants haïtiens venus de Paramaribo.
 
Selon des données publiées en mars, les haïtiens entrés illégalement en Guyane française ont été plus nombreux, au cours des premiers mois de l’année 2016. Beaucoup d’entre eux sont passés par l'aéroport international de Zanderij, au Suriname.

Des passagers majoritairement haïtiens

Les autorités surinamiennes affirment que plus de la moitié des passagers de la compagnie aérienne Insel Air, qui dessert de nombreuses destinations sud-américaines et caraïbéennes, sont d'origine haïtienne.

Le document révèle que la plupart des migrants qui ont débarqué à Paramaribo ne parlaient pas l'anglais et ne savaient ni lire, ni écrire. Certains étaient incapables de fournir les documents pour les enfants qui les accompagnaient ou fournissaient de faux documents. Désormais, les compagnies aériennes devront déposer leurs listes de passagers au ministère surinamien des affaires étrangères.