Suspension des cours dans plusieurs lycées de Fort-de-France à cause d’une grève des agents de la CTM

éducation
Lycées / Bellevue, LP Dumas Jean-Joseph et LGT Joseph Gaillard
(De gauche à droite) : le lycée de Bellevue, le LP Dumas Jean-Joseph et le LGT Joseph Gaillard. ©Guy Etienne / Martinique 1ère / Capture Facebook LGT Joseph Gaillard / DR
Plusieurs Agents Techniques Territoriaux des Établissements d’Enseignement (ATTEE) affectés notamment au nettoyage et à la restauration, sont en grève depuis le lundi 3 octobre 2022 pour réclamer des moyens supplémentaires. Conséquence, "les conditions sanitaires ne sont pas réunies" estiment les proviseurs concernés, d’où la suspension des cours en présentiel dans plusieurs lycées de Fort-de-France.

Les responsables du lycée de Bellevue, du Lycée Professionnel Dumas Jean-Joseph et du Lycée Général et Technologique Joseph Gaillard, ont suspendu les cours en présentiel depuis ce mercredi 5 octobre 2022 "jusqu’à nouvel ordre". Mais "la continuité pédagogique" est activée à distance, rassurent les responsables des établissements concernés.

Afin d’éviter toute rupture des apprentissages, la direction du lycée a demandé à l’ensemble des enseignants d’activer le plan de continuité pédagogique. Les enseignants se chargeront de communiquer à leurs élèves, les modalités de travail retenues.

Message de la direction du lycée de Bellevue aux parents

C’est "la dégradation des conditions sanitaires engendrée par le mouvement social des agents relevant de la Collectivité", qui a motivé cette décision du proviseur de Bellevue, lequel compte 1550 élèves.

Cette décision intervient 3 jours après la grève entamée le lundi 3 octobre 2022 par une partie des agents de la Collectivité Territoriale de Martinique, affectés aux services techniques et de la restauration. Ils réclament des moyens supplémentaires.

Les salles de classes, les sanitaires, l’internat, la restauration scolaire ne sont pas nettoyés. On a une accumulation de déchets avec des poubelles qui débordent, donc ces conditions ne permettent pas d’accueillir les élèves correctement. Par conséquent ils seront en distanciel jusqu’à nouvel ordre.

Raymond Alger, proviseur du lycée de Bellevue

Même situation dans les 2 établissements voisins

Au LGT Joseph Gaillard (dont l’effectif est d’un peu plus de 1000 élèves), c’est la même situation, mais le proviseur a déclenché lui aussi la continuité des cours à distance.

Les élèves sont en distanciel, parce qu’il y a effectivement un problème de nettoyage, mais nous recevons le personnel puisque l’établissement n’est pas fermé (…). Nos enfants sont restés loin de l’école durant plusieurs mois durant la pandémie et il faut qu’on parvienne à les remettre dans le bain de façon optimale. Tout mouvement, légume ou pas qui consiste à les éloigner de l’école leur sera préjudiciable. Et même si nous mettons en place le dispositif de continuité pédagogique, la classe en présentiel est toujours plus pertinente.

Alain Théodore, proviseur du LGT Joseph Gaillard

"Nous ne sommes pas en mesure de servir les repas"

Des ATTEE (Agents Techniques Territoriaux des Établissements d’Enseignement) sont également en grève au LP Dumas Jean-Joseph, ce qui ne laisse pas le choix à la direction.

Nos établissements sont les plus impactés pour le moment (…). Nous sommes donc obligés de basculer en distanciel. Nous ne sommes pas en mesure de servir les repas aux demi-pensionnaires et surtout les toilettes ne sont pas nettoyées depuis le début de la semaine, ainsi que les salles de classe. Donc par rapport au contexte, nous préférons rester très prudents mais nous espérons retrouver rapidement nos élèves en présentiel.

Marc Ertus, proviseur du LP Dumas Jean-Joseph

Un mouvement envisagé au lycée Schoelcher

De son côté, si le lycée Schoelcher fonctionne encore "normalement", il pourrait être confronté aux mêmes soucis d’hygiène d’ici à la fin de la semaine. Le proviseur, Didier Marmot, a été informé d’un mouvement prévu ce jeudi 6 octobre dans l’enceinte de ses nouveaux bâtiments, portant sur les mêmes revendications. 

Cette mobilisation conduite par la CGTM et FO se poursuit et impacte d'autres établissements en communes. Exemple à Trinité, où la cité scolaire devrait aussi être perturbée ce jeudi, tandis que le lycée de la Jetée du François est déjà entré dans la danse.