Le chanteur martiniquais Tiitof exporte sa musique trap-rap au-delà de son île

musique
Montage photo Tiitof
L'artiste trap/rap est âgé de 25 ans. ©Tiitof
Il s'appelle Willem, mais tous le connaissent sous le surnom "Tiitof". À tout juste 25 ans, le jeune homme qui a grandi à Morne-Calebasse, un quartier populaire de Fort-de-France, vit désormais de sa musique. 
"Je chantais depuis petit avec mon cousin et un ami, mais ce n'était pas professionnel. C'était juste une passion", explique Tiitof. Il faudra attendre quelques années avant que le jeune homme en fasse son métier. 

Ainsi, c'est en arrivant en France hexagonale il y a quatre ans, qu'il rencontre celui qui sera son manager. Ensemble, ils travaillent sur des sons posés sur la plateforme Soundcloud et des clips. 

"Le premier clip c'était (Pa tou sel). On a eu de bons retours et voilà c'est parti", raconte-t-il. Son style, le trap-rap s'impose de plus en plus sur la scène musicale. Sa touche personnelle, des textes imprégnés de son vécu.

"Je racontais ce que je vivais et selon les retours que j'ai de mes proches ou du public, les gens se sont sentis concernés dans mes textes".
©Martinique
 

La signature


L'engouement est tel qu'en juillet 2019, Tiitof signe avec le label "Believe Music France" (300 Rec - All Points Music France) qui travaille avec des artistes comme Meryl ou T-Stone.
Une collaboration qui voit naître un premier single, "Deux coups" qui affiche plus de 3 millions de vues sur YouTube. Puis un premier album baptisé "Tout À Gagner", sorti le 10 avril 2020.  
 

J'écris mes textes. Je suis vraiment inspiré par tout. Je vois de l'eau à la rivière, j'aurai une phrase qui va me passer par la tête. Ou une discussion avec des proches, il y aura un mot.

Je suis vraiment inspiré par tout. À n'importe quel moment je peux écrire quelque chose qui me passe par la tête.


Sur cet album composé d'une vingtaine de titres, le hit "Toujours dans le bloc" (plus de 6 millions de vues) et quelques duos d'artistes dont "Pas longtemps" (850k), avec la chanteuse martiniquaise Meryl.

Plus récemment, le chanteur a partagé un duo, "Plus de love", avec l'artiste martiniquais Kalash. Le titre compte plus de 4 millions de vues sur YouTube. 

Pour moi c'est important parce que nous venons des Antilles. Je ne vais jamais lâcher les feats antillais, je ne vais pas lâcher chez moi.

Si je vois des petits artistes dont j'aime bien le travail, je ne vais pas hésiter à travailler avec eux et à leur donner la force. 


Son public, ses "Spartas"


Tiitof vit en France Hexagonale, mais vient régulièrement en Martinique. Il était aux Antilles durant les grandes vacances et à l'affiche du plateau jeune de la 49e édition du festival de Fort-de-France. Le jeune homme a noué une relation très particulière avec ses fans qu'il appelle "les Spartas".
 

"Les spartas" ça vient de mon quartier Morne Calebasse parce qu'on écoutait beaucoup un artiste Tommy Lee Sparta.

Et on s'est dit que "sparta" c'est une mentalité de guerrier, de toujours rester solide, on tombe, on se relève.

Du coup, évidemment, ses meilleurs souvenirs sont avec ces fans, lors de rencontres ou d'échanges avec eux. Une proximité qu'apprécie l'artiste. 
 

Pour moi c'est important. Même si au début je ne cherchais pas la notoriété, j'ai compris que c'est important.
Parce que j'étais auditeur avant et j'aurais aimé que les artistes que j'écoutais avant soient tranquilles prennent des photos.

Et puis je suis un humain, je suis comme eux. Donc pourquoi je ne prendrais pas de photos ? Ils veulent une photo avec moi ? On prend une photo tranquille ! 

 

Mon public m'accompagne, je leur montre qu'on est ensemble. Chaque fois qu'il y a une récompense, je montre à mon public que ce n'est pas ma récompense, mais notre récompense.

 


La suite de l'histoire ?


Tiitof n'a pas encore révélé toutes les facettes de son talent puisqu'après "Capuché", un autre titre de l'album "Tout À Gagner" devrait faire l'objet d'un clip. Cependant, ses fans n'auront pas à attendre trop longtemps son prochain opus puisque le deuxième album de Tiitof, est d'ores et déjà déjà en préparation. 
 

Cet album sera encore mieux structuré. Selon moi, mon entourage et ceux avec lesquels je travaille, j'évolue au fur et à mesure.
Quand je les écoute, je pense qu'il y a une évolution dans les textes, les sujets.

Les feats sont, je pense, très qualitatifs. Déjà dans le premier projet c'était vraiment de la qualité, mais là c'est encore mieux.

Et puis il faut connaître la suite de l'histoire, tout à gagner...

Les Outre-mer en continu
Accéder au live