Transport aérien : le coût du kérosène imposé par la SARA plombe le prix des billets

consommation
Avion d'Air France
Avion de la compagnie Air France sur la piste de l'aéroport Aimé Césaire en Martinique (illustration) ©Martinique 1ère
Une augmentation substantielle du prix du kérosène est appliquée rétroactivement depuis le 3 juin 2022 aux compagnies aériennes qui desservent les Antilles. Plus 15%, c'est l'augmentation imposée par la SARA (Société anonyme de la raffinerie des Antilles). Cette hausse pourrait à terme réduire le nombre de vols entre l'hexagone et les Antilles et entrainer une hausse du prix des billets.

La FNAM (Fédération Nationale de l'Aviation et ses Métiers) dénonce dans un communiqué l'augmentation du prix du kérosène et son application de manière rétroactive sans concertation.

La Société anonyme de la raffinerie des Antilles (SARA) a augmenté le prix du carburant pour les avions de 15% avec effet rétroactif au 3 juin 2022. Cela veut dire que les compagnies aériennes vont devoir payer un surplus, sur les pleins de carburant déjà effectués depuis cette date. Et a court terme, c'est le passager qui supportera cette augmentation sur le prix du billet.

(Re)voir le reportage de Irène Emonidès et Stéphane Petit-Frère

Augmentation du Kérosène conséquences pour les compagnies aériennes ©Martinique la 1ère

Moins d'avions quotidiennement, désastre écologique...

Les compagnies aériennes étudient plusieurs solutions ;

Elles peuvent remplir les réservoirs au maximum au départ de Paris. Cela entrainera une hausse du poids de l’avion avec des conséquences liées à une surconsommation et une hausse de la pollution. 

À l’arrivée à Pointe-à-Pitre et à Fort-de-France, le ravitaillement sera nécessaire, mais moins important qu’a l’accoutumé.

Survol avion
©Martinique la 1ère

Une autre solution est envisagée, Elle consiste à détourner des avions des Antilles pour les mettre à Punta Cana en République Dominicaine, où les conditions de ravitaillement sont plus favorables. Mais la diminution du nombre de places disponibles entrainera aussi un surcoût.

Selon nos informations, la SARA se dit consciente des difficultés entrainées par cette hausse, pour les compagnies aériennes, mais aussi pour le monde économique et les particuliers. Elle affirme être prête à s’asseoir à la table des négociations pour trouver des solutions de manière collective.