Un homme originaire de Sainte-Lucie "de passage en Martinique", assassiné à Fort-de-France

violence
Voiture de police
©JCS
Un homme de 30 ans, selon la police, a été véritablement exécuté cette nuit (6 juillet 2022), au quartier Debriand à Fort-de-France. C'est le 16e homicide de l'année, à la veille d'une réunion au sommet des élus martiniquais sur la spirale de la violence en Martinique.

L'enquête s'annonce difficile avouent les agents qui en ont la charge. La nuit dernière (6 juillet 2022),  peu avant minuit, à l’issue de partie de dominos et d’échec dans le quartier, Berge de Briand à Fort-de-France. les joueurs se sont dispersés. C’est alors que des détonations ont été entendues et la victime a été découverte au sol baignant dans son sang et criblé de balles. Les sapeurs-pompiers ont retrouvé l'homme en arrêt cardiaque avec plusieurs impacts à la tête et au thorax.

Pour les enquêteurs le mode opératoire s'apparente à un règlement de comptes. La scène se serait déroulée sans témoins. Seule petite indication, une personne déclare avoir entendu le démarrage d'un puisant scooter, selon nos informations.

La victime a tout de suite été identifiée. Il s'agit d'un homme né en 1992 (30 ans) à Sainte-Lucie, "de passage en Martinique" au moment des faits. Une autopsie aura lieu ultérieurement.

C'est déjà le 16e homicide de l'année en Martinique.

Les élus se disent prêts à faire des propositions

"Face à la montée extrêmement grave des actes de violence en Martinique", explique Serge Letchimy, Président du Conseil Exécutif (PCE), une réunion d'urgence s'impose. Le PCE convie les maires, les parlementaires et des experts de la société civile à une réunion de travail vendredi 8 juillet 2022 au siège de la Collectivité Territoriale de Martinique dès 9 heures.

Cette rencontre doit notamment permettre d’adresser une plateforme de revendications à l’Etat et de proposer des solutions concrètes dans le cadre d’un plan territorial de prévention et de lutte contre les violences et contre la circulation active des armes, dont il convient de doter la Martinique.

Serge Letchimy

De son côté, Justin Pamphile, le président de l'Association des Maires de Martinique prend lui aussi toute la dimension de la situation.

Consciente de la prééminence de cet enjeu de sécurité, au vu de notre émoi face à cette poussée de violence, l'Association des Maires souhaite participer activement à la construction des réponses face aux attentes de sécurité de la population. L'association des Maires s'est dotée au cours du dernier trimestre d'un technicien spécialisé sur cette question. Ce choix traduisant de façon concrète la volonté de l'Association des Maires de s'inscrire dans une logique partenariale de coproduction de sécurité.

Justin Pamphile, président de l'Association des Maires de Martinique