Un riverain "élimine" un serpent trigonocéphale sur le parcours sportif de Fort-de-France

faits divers
Un serpent "éliminé"
Un serpent "éliminé" sur le parcours santé du tunnel de Didier à Fort-de-France. ©JMK
Un serpent trigonocéphale de plus d'1m50, s'est retrouvé sur le parcours sportif du tunnel de Didier à Fort-de-France. Un riverain a préféré lui couper la tête pour éviter un accident...

Le parcours sportif du tunnel de Didier est l'un des plus fréquentés de la ville de Fort-de-France, en particulier pour la richesse de sa végétation.

L'homme partage ce lieu fantastique entre autres avec le serpent trigonocéphale, une espèce endémique présente depuis plus de 4,2 millions d’années en Martinique, selon les documents historiques les plus fiables.

C'est ainsi que ce dimanche matin (15 août 2021), l'un de ces reptiles traversait le chemin au moment où arrivaient des adeptes de la course ou de la marche. Tous se sont arrêtés un peu affolés avant de faire fait appel à un riverain en train d'entretenir son jardin. 

C'est le coin des serpents par ici. Ils ne sont pas là souvent mais on en trouve.

Celui-ci sortait de la montagne je pense. Il me semble qu'il avait déjà une blessure car sa fosse nasale était un peu enfoncée. Il n'était pas totalement mort alors j'ai préféré l'achever parce qu'on ne sait jamais comment peut réagir une bête blessée. 

Johnny habitant de tunnel Didier.

 

Un serpent éliminé à Fort-de-France

Johnny a choisi l'élimination par prudence plutôt que la capture du serpent . "Le capturer pour quoi faire ? On vit à côté des serpents mais pas avec eux".

Observateurs et spécialistes recommandant aux usagers de ce parcours sportif de redoubler de vigilance car le trigonocéphale est une espèce venimeuse. 

En cas de morsure, appeler le 15, suivre les consignes, rassurer et mettre la personne au repos.

(DEAL) Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Martinique

 

Le trigonocéphale

Il est présent uniquement en Martinique, c’est un endémique strict ! Il a été classé (en danger d’extinction) sur la liste rouge régionale 2020.

Il peut attaquer quand il est enroulé sur lui-même et lorsque le cou est contracté ll peut se retourner et mordre quand on lui marche dessus.

Il est protégé ainsi que son habitat (bord de rivières, forêts humides) depuis le 14 octobre 2019.Voir davantage d'informations sur le site de la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Martinique)