Violences conjugales : de nouvelles mesures pour renforcer la protection des victimes et le suivi des agresseurs

femme
violences conjugales
Photo d'illustration ©M.N

Le gouvernement annonce six nouvelles mesures "permettant de renforcer la protection des victimes de violences conjugales" en France. Parmi ces annonces, un meilleur contrôle de la détention et de l’acquisition des armes, ou encore la multiplication des bracelets anti-rapprochement.

Après la remise de deux rapports d’inspection sur les féminicides survenus à Mérignac et à Hayange en mai 2021, le gouvernement a décidé de prendre de nouvelles dispositions "pour renforcer la protection des victimes et le suivi des auteurs de violences conjugales".

6 nouvelles mesures

 

En complément des actions engagées au titre du Grenelle contre les violences conjugales, six nouvelles mesures sont envisagées, en coordination avec l’ensemble des acteurs compétents :

  • 3 000 téléphones grave danger seront mis à disposition des juridictions d’ici début 2022. "Le gouvernement souhaite élargir encore davantage les situations dans lesquelles ces téléphones sont attribuables".
  • Un plan de renforcement du recours aux bracelets anti-rapprochement est déployé pour accélérer la mise en œuvre du dispositif (…). "Au 8 juin, nous comptabilisons 147 bracelets prononcés, dont 96 actifs. La mobilisation doit se poursuivre pour intensifier et pérenniser cette accélération".
  • Le contrôle de la détention et de l’acquisition des armes va être renforcé dans la loi, notamment en élargissant le périmètre du fichier national des personnes interdites de possession.
  • Un renforcement des instances locales de pilotage et de coordination sera assuré "grâce au lancement dans les tribunaux judiciaires, d’une instance de suivi des situations individuelles".
  • Une instance nationale permettant d’associer régulièrement les associations sur les violences faites aux femmes et aux filles va être créée, avec pour objectif de constituer un point de contact pour les associations et de mettre à disposition des professionnels des outils de formation.
  • Un comité de suivi de la mise en œuvre des mesures du Grenelle contre les violences conjugales sera mis en place par le premier ministre (à l’occasion du deuxième anniversaire de ce dispositif), "afin de veiller à leur exécution rigoureuse sur l’ensemble du territoire national (…), parce que la lutte contre les violences nécessite un suivi et un investissement constants".

(Source : le gouvernement)

Violences faites aux femmes
Image d'illustration ©Cap Facebook Culture Egalité / DR

3919... pour dénoncer les violences

 

Un numéro d’écoute anonyme et gratuit est destiné aux femmes victimes de violence, à leur entourage, aux témoins ainsi qu’aux professionnels concernés : c’est le 3919.

Le 25 novembre 1960, trois femmes dominicaines, les sœurs Mirabal furent assassinées sur les ordres du chef de l’Etat dominicain.

 

Le 19 octobre 1999, lors de la 54e session de l’assemblée générale des Nations Unies, les représentants de la République dominicaine et 74 États membres ont présenté un projet de résolution visant à faire du 25 novembre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

 

Les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales étant invités ce jour-là à mener des opérations de sensibilisation de l’opinion à ce grave phénomène.

(culture.gouv.fr)