martinique
info locale

Y a-t-il eu détournement d'argent public au Rectorat de Martinique ?

justice
Recteur de Martinique
Pascal Jan, le recteur de l'Académie de Martinique. ©Académie de Martinique
Le procureur de la République de Martinique a sur son bureau, un courrier mettant directement en cause la gestion du budget annuel du Rectorat de l'Académie Martinique. Selon l'auteur de cette lettre, plus de 400 000 euros auraient disparu des caisses de l'institution. Il soupçonne un détournement.
Tout est parti d'un homme : Patrick Oliny. Jusqu'à il y a quelques jours, il était le responsable des équipes mobiles de sécurité (EMS) de l'académie Martinique. En ce sens, il avait demandé il y a 3 ans, une revalorisation des salaires des agents dont il avait la responsabilité et un achat de véhicule.
 

Patrick Oliny dénonce une discrimination


Il faut dire que les EMS de Martinique ne sont manifestement pas logées à la même enseigne que les EMS de l'hexagone. Alors que les derniers sont rémunérés en moyenne 2 100€ par mois, sans les 40%, ceux de Martinique touchent 1 799€ par mois avec les 40%. Une différence insoutenable pour Patrick Oliny qui a pris la promesse de la tutelle au pied de la lettre. Elle faisait de la lutte contre les violences scolaires une priorité gouvernementale.

Seulement, selon l'ancien responsable des EMS Martinique, la direction générale du rectorat avait réceptionné pour le budget 2017/2018, 524 000€. Sur cette somme deux fois 220 000€ auraient dû être dédiés à la revalorisation des salaires des équipes mobiles de sécurité. C'est ce qu'avait prévu le ministère. 3 ans plus tard, Patrick Oliny, ne voyant rien venir, commence ses investigations.


Le procureur vient de prendre connaissance du courrier


Il apprend donc de la part de la délégation ministérielle que la somme aurait tout bonnement disparue des lignes de la comptabilité du service. Alors, Patrick Oliny part en "croisade" ! Mais rien n'y fait, l'autorité de l'éducation en Martinique ne lui fournit aucune réponse. Pire, le recteur aurait rejeté sa demande en bloc argumentant que le budget était insuffisant.

Lettre au procureur

Face à tant de zones d'ombre, l'ancien responsable des EMS Martinique a donc écrit au Procureur de la République en Martinique. Ce dernier, que nous avons contacté, nous affirme avoir pris connaissance de ce courrier ce lundi matin (27 janvier 2020). Pour l'instant nous ne savons pas quelles suites seront données à cette affaire. 

Ces allégations ne reposent aujourd’hui sur aucun fait précis (cabinet du Recteur).


Dans un communiqué publié lundi soir (27 janvier 2020), en début de soirée, le cabinet du Recteur se défend. "Concernant les allégations de détournement de dotation émises, l’ensemble des données et documents seront transmis aux services du procureur de la République en toute transparence, dans le cas où une enquête serait ouverte.  Le budget et le personnel de l’EMS ont été substantiellement augmentés depuis 2009 par l’académie de Martinique. Par ailleurs, l’utilisation du budget de l’EMS fait l’objet d’un strict contrôle.
 
Des accusations graves vis-à-vis de la direction académique font état de faits de harcèlement moral, menaces et pression. Ces allégations ne reposent aujourd’hui sur aucun fait précis, signalé et avéré et seront instruites le cas échéant par les autorités judiciaires.
 
La promotion du créole fait l’objet d’une forte impulsion dans l’académie depuis deux ans, qu’il s’agisse des écoles primaires avec le projet Parcours créole + ou des futurs bacheliers avec l‘enseignement de spécialité créole. Un court extrait des propos du recteur a été pris hors de son contexte et mis en exergue dans l’intention claire de nourrir une désinformation du public martiniquais à ce sujet sur cette politique.
 
Ces éléments regrettables participent d’une volonté de déstabilisation et de désinformation sur le travail engagé depuis plusieurs mois par la direction de l’académie, dont les premiers bénéfices pour les élèves martiniquais sont mesurables".