publicité

Mayotte-Comores : le "visa Balladur" maintenu

Le "visa Balladur", qui encadre la circulation entre Mayotte et les îles des Comores, est maintenu mais pourrait être assoupli dans certains cas, ont indiqué les ministères des Outre-mer, de l’Intérieur et des Affaires étrangères.

Des immigrés clandestins photographiés en 2009 au large de Mayotte © AFP
© AFP Des immigrés clandestins photographiés en 2009 au large de Mayotte
  • La 1ère.fr avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
C’était l’une des propositions du conseiller d’Etat Alain Christnacht, qui s’est rendu à Mayotte en août, afin d’élaborer des recommandations pour enrayer l’immigration irrégulière massive, qui occasionne régulièrement des drames lors de naufrages d’embarcations de fortune.

Parmi les orientations retenues pour la "prévention et la lutte contre l’immigration irrégulière", le visa institué en 1995 "ne peut qu’être maintenu pour les ressortissants de l’Union des Comores dans les circonstances actuelles", écrivent les trois ministères dans un communiqué commun. "Des assouplissements seront toutefois étudiés pour certains demandeurs, notamment pour motif sanitaire ou d’affaires", précise le texte.

De plus, les trois ministres concernés espèrent que les discussions en vue d’un accord bilatéral aboutiront "en 2013" : cet accord comporterait en effet des volets de coopération judiciaire et de sécurité pour combattre les passeurs qui convoient les candidats à l’immigration à bord des kwassa-kwassa.

D’autres sujets de coopération comme l’éducation et la santé seraient au menu de l’accord ainsi qu’un renforcement des échanges économiques et la création d’une antenne sociale à Mayotte pour "favoriser le retour des mineurs isolés" auprès de leurs familles restées aux Comores ou expulsées avant eux. La lutte contre le travail clandestin, principale cause d’immigration irrégulière, sera aussi "une priorité", assurent les ministres.

A Mayotte, environ un tiers de la population serait immigrée clandestine, dont 90% d’origine comorienne. Située à 70 km d’Anjouan, la plus proche des îles comoriennes, Mayotte a été en 2012 le théâtre d’au moins six naufrages, dans lesquels plus de 30 personnes sont mortes et plus de 60 portées disparues.

Mayotte a reconduit pas moins de 26.000 clandestins en 2010 et 21.000 en 2011, soit environ 10% de sa population. Et selon un rapport sénatorial, "40% des personnes reconduites recommencent" la traversée.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play