mayotte
info locale

MAYOTTE : DEMBENI , ZEP : Réactions des syndicats sur la réforme des zones d'éducation prioritaire

éducation
Z E P
Salle de classe au lycée de Mamoudzou ©Emmanuel Tusevo
L'annonce d'un seul réseau , celui de Dembeni (au sud de Mayotte) érigé en zone d'éducation prioritaire ne fait pas l' unanimité auprès des syndicats.
La CGTMa se dit déçue . Le SNES accepte l'érection progressive de l'ensemble des réseaux scolaires du 101 è département en zone d'éducation prioritaire (ZEP)
L'annonce d'un seul réseau , celui de Dembeni ( au sud de Mayotte) érigé en zone d'éducation prioritaire ne fait pas l' unanimité auprès des syndicats.

Déception à la CGTMa


La confédération générale des travailleurs de Mayotte ( CGTMa) réagit avec amertume au choix du ministre de l’ éducation nationale Vincent Peillon d’ériger une seule commune, Dembeni au sud de l’ île, en zone d’éducation prioritaire.
Son secrétaire général adjoint , Kamiloudine Djaffar estime qu’ une fois de plus, Mayotte est mise en queue du peloton national alors qu’il s’agit d’un sujet extrêmement important, l’ éducation.

« Avec des difficultés, des retards structurels , des freins que nous traînons depuis une dizaine, une vingtaine d’années voire une génération, c’est une mesurette qui est une fois de plus donnée à Mayotte. On constate que les gouvernements successifs, de droite et de gauche ne prennent pas la juste mesure de la gravité du problème dans notre département et c’est vraiment dommage », a déclaré Kamiloudine Djaffar.

Que fait le Vice-recteur , François Coux ?

 Kamiloudine Djaffar  attire à nouveau l’ attention sur le décalage du niveau scolaire entre les élèves de la métropole et des autres DOM et ceux de Mayotte.

« Nous sommes amèrement déçus d’autant plus que nous n’arrêtons  pas de répéter que c’est toute l’ île de Mayotte qui doit être érigée en ZEP.
Nous nous posons la question de savoir sur quels chiffres le vice recteur  François Coux qui a pourtant vécu ici au cours d’une première mutation ou affectation s’est basé pour inciter le gouvernement à ne retenir que  l’inspection de Dembeni …c’est de l’ abbération », a souligné aussi le secrétaire général adjoint de la CGTMa.

Le SNES accepte la progressivité

La réaction du SNES est plus nuancée. Thierry Wuillez ………….se réjouit de la prise en compte par le gouvernement d’une revendication que son syndicat  n’a cessé de formuler depuis 14 ans.

« Le gouvernement répond enfin à nos attentes… La décision prise au début de cette année et qui nous a été confirmée lors de la récente visite de George Pau Langevin, ministre déléguée de la réussite éducative, est le classement  progressif  de toute l’ île en éducation prioritaire.Tout ne va pas basculer à la rentrée 2014 mais on peut considérer qu’en quelques années, en tout cas à la fin du quinquenat… tout devrait être basculé en éducation prioritaire », a affirmé Thierry Wuillez.

 Développer au maximum des réseaux d'éducation prioritaire
    
La ministre déléguée chargée de la réussite éducative, George Pau-Langevin, en visite en février dernier avait annoncé que Mayotte sera pleinement engagée dans la réforme de l’Education prioritaire dès la rentrée scolaire prochaine.
 
" Nous pensons que compte tenu de la situation à Mayotte, il faut développer au maximum des réseaux d’éducation prioritaire...Cela va permettre aux enseignants d'être épaulés et accompagnés et d'avoir le temps d’entretenir des relations avec les parents. Il nous faut amplifier la politique de réduction des inégalités sociales et territoriales, notamment par un classement progressif en zone d'éducation prioritaire des établissements scolaires de l’île. C'est dans cette optique que le réseau Dembeni deviendra ZEP ", avait expliqué George Pau Langevin.
 
La visite de différentes structures éducatives, les échanges avec les élus du conseil général et d'autres acteurs du système éducatif avaient permis à la ministre déléguée chargée de la réussite éducative de dresser un constat sans concession des défis aux quels sont confrontés les Mahorais , notamment en ce qui concerne le manque d' enseignants, l' attractivité du territoire, les conditions matérielles difficiles des enseignants , la surpopulation scolaire, la forte pression démographique, la non maîtrise de la langue française par une majorité des élèves.
Emmanuel Tusevo Diasamvu , Correspondant de l' A F P.

LIRE AUSSI : 
 http://mayotte.la1ere.fr/2014/02/18/george-pau-langevin-preconise-la-reforme-de-l-education-prioritaire-mayotte-123353.html
 

Publicité