L'actualité régionale 4 Septembre

océan indien
Ile Voavah aux Maldives
©Capture d'écran YouTube
MALDIVES

Une expérience qui donne à réfléchir dans les îles : Les Maldives ont voulu renouer dès le mois de juillet avec le tourisme, malgré l’épidémie de Coronavirus. Une décision qu’elles regrettent amèremen
t

Les autorités des îles Maldives font marche arrière toute après avoir expérimenté une ouverture des frontières le 15 juillet. La conséquence a été quasi immédiate :  le Covid s’est répandu rapidement dans le personnel hôtelier et les chauffeurs de taxi ; ensuite dans la population. Plus de 1000 cas ont été déclarés en une semaine portant le total à plus de 8000. 29 personnes sont décédées. Ce bilan est lourd quand on sait qu’il n’y a que 340 000 habitants aux Maldives. Le gouvernement a imposé un semi-confinement et un couvre-feu nocturne. Les autorités voulaient tabler sur un retour massif des touristes. C’est l’activité économique numéro 1. Seulement 5 200 touristes sont venus en juillet, contre 140 000 habituellement ; mais cela a suffi à relancer l’épidémie. Aujourd’hui quiconque veut entrer aux Maldives doit présenter un test négatif.




COMORES

Les nombreux employés de la société nationale de téléphonie mobile ont du souci à se faire : le gouvernement veut dégraisser massivement


On a fait les comptes au dernier conseil des ministres : Comores Telecom a 2 400 employés, auxquels il faut ajouter 450 agents chargés du gardiennage dans une société créée par l’opérateur public. Il y a tellement de monde à Comores Télécoms qu’on ne sait plus quoi faire des agents. Il n’est pas rare de trouver trois personnes dans un seul guichet, qui se partagent le travail d’une seule. En face il y a une société privée qui taille des croupières à l’opérateur public : Il s’agit de Telma. Telma emploie 104 personnes en tout, pour un service souvent considéré comme meilleur par les usagers. Le gouvernement comorien a donc annoncé son intention de tailler sérieusement dans les effectifs. Il y aura des propositions de retraites anticipées et des incitations au départ.




MAURICE

On est loin de voir le bout du travail de dépollution. Une troisième équipe de 6 experts japonais de la lutte contre la pollution est attendue ce vendredi. Ils vont travailler sur les conséquences du naufrage du Wakashio


Une première équipe était arrivée le 10 août pour le début des opérations de nettoyage. Une autre dix jours plus tard. Aujourd’hui six spécialistes doivent arriver de Tokyo. Le Japon c’est le pays de l’armateur du Wakashio. Les japonais veulent montrer leur sens des responsabilités. Leur ambassade déclare que tout sera fait pour la restauration de l’environnement naturel. Cela se passe dans le sud-Est de Maurice. A l’autre bout de la côte est, au nord-est,  des centaines de mètres de barrages anti- marée noire ont été déployés, cette fois pour contenir une éventuelle fuite de fuel du remorqueur qui a fait naufrage en début de semaine. Il repose par quarante mètres de fond avec 25 tonnes de carburant dans ses réservoirs. Pour le moment on n’a pas constaté de fuite.




MADAGASCAR

Des kidnappeurs qui ne manquent pas de toupet : ils sont en garde à vue dans une gendarmerie... et ils menacent le chef des gendarmes d’enlever ses enfants!


Le kidnapping est une spécialité très répandue dans le milieu du banditisme malgache. On kidnappe des riches, les enfants des bijoutiers et autres commerçants d’origine indienne – les Karana – en font souvent les frais. Mais on kidnappe aussi les moins riches pour des rançons plus modestes. A Ambatondrazaka, dans la région de Tamatave, des kidnappeurs ont enlevé le fils de l’adjoint au maire. Ils ont demandé 20 000 euros de rançon ; après marchandage, la somme est descendue à 6 500 euros, mais ils se sont fait serrer par les gendarmes lors de la remise des fonds. Pas du tout démontés, les kidnappeurs ont prévenu le chef de la gendarmerie qu’il avait intérêt à les relâcher sinon ils feraient enlever aussi ses propres enfants. Les kidnappeurs ont des complices partout, parfois même dans la police. Mais cette fois, le patron de la gendarmerie ne s’est pas démonté et il les présentera au tribunal.


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live