Violences : Droit de retrait du personnel hospitalier du centre périphérique de Dzoumogné

violence bandraboua
dispensaire de Dzoumogné
©Mayotte la 1ère

Enième agression d’un ambulancier et d’une sage-femme lors d’un transfert de patient entre Dzoumogné et Mamoudzou. Un acte qui survient une semaine après un autre acte de violence envers les ambulanciers. Les syndicats exigent des mesures de protection.

Les syndicats du personnel exercent ce matin leur droit de retrait pour dénoncer ces actes de violence récurrents à l'enconredu  personnel hospitalier et des ambulanciers. Dernier acte en date l’agression ce week-end d’un ambulancier et d’une sage-femme lors du transfert d’une patiente en détresse vers le Centre Hospitalier de Mamoudzou. Sur le trajet, l'équipe partie de Dzoumogné, essuie un jet de pierres en traversant le villange de Koungou non loin de la pharmacie. Les orgnisations syndicales montent une nouvelle au créneau et demandent des mesures de leur employeur et des pouvoirs publics.

Pour les syndicats, avec en tête Sud Santé Sociaux, la mise en place de mesures de protection et de véhicules adaptés, restent les seuls moyens d’assurer la sécurité du personnel dans l’exercice de leur mission.

Une réunion se tient actuellement pour décider de la suite à donner à ce droit de retrait.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live