[Carte interactive] Élections départementales de 2021 : les enjeux et les forces en présence

politique
Carte interactive
©Mayotte la 1ere

Ils sont 26 élus à siéger pour quelques semaines encore au conseil départemental de Mayotte. Une parité parfaite obtenue lors du dernier scrutin départemental. 13 hommes et 13 femmes. Pour le renouvellement à venir, quelles sont les forces en présence ? Et surtout les enjeux ?

Liste des candidats aux élections départementales 2021 

Certains sont attendus au tournant comme disent les mauvaises langues. Mais parmi les élus départementaux actuels, nombreux sont ceux qui ne se représenteront pas.

A l’instar du premier d’entre eux, le président Ibrahim Soibahadine Ramadani, du vice-président en charge des sports et de la jeunesse Issoufi Ahamada « Hadj Mhoko ». Ne participera non plus au scrutin  l’ancien et dernier président du conseil général et actuel conseiller départemental de Kani-Kéli Ahmed Attoumani Douchina. Et puis il y a ceux qui ont décidé de croiser le fer comme Issa Issa Abdou, le vice-président en charge du social  qui est même celui qui fait « presque » officiellement campagne sur les réseaux sociaux, sa binôme est par ailleurs déjà connue.

Issa Abdou qui se verrait bien succéder à Soibahadine Ibrahim à la tête du département. Une ambition qui démangerait aussi son collège de la majorité actuelle Ali Debré Combo qui va se présente avec une autre binôme à Mamoudzou 3, en l’occurrence Saoudat Abdou.

Autres conseillers actuels qui vont au combat, la 1ère vice-présidente  Fatima Souffou  candidate à Labattoir avec son binôme qui n’est autre que l’ancien maire de Dzaoudzi Labattoir  Mohamadi Bacari Mcolo . Dans le canton voisin, à Pamandzi,  Daniel Zaïdani sera bien au rendez-vous du mois de juin avec vraisemblablement son binôme actuel Soihirat El Hadad. 

Parmi les forces en présence, les partis politiques habituels du département : MDM, Les Républicains, MODEM, PS, LaREM, Le Néma,  la France Insoumise, Le Rassemblement national, Le Parti Social Mahorais, UDI. Et puis comme à chaque nouvelle élection, des petits mouvements émergent dans le paysage politique à l’instar du LTA-Le Temps d’Agir, Maore Solidaire et bien d’autres mouvements « macédoines » qui assurément joueront les trouble-fêtes durant ce scrutin.

Pour ce scrutin qui va galvaniser tous les partis, ils sont pressentis pour être candidats, (les fameux bruits de couloirs)  l’actuel député de la circonscription sud Mansour Kamardine. Mais sur cette question, l’intéressé n’a encore rien déclaré. D’anciens élus du conseil départemental battus il y a quelques années, vont retenter  un «  come-back » comme Zaïdou Tavanday, Jacques Martial Henry. Des candidats battus aux dernières municipales notamment dans la commune de Mamoudzou vont se présenter notamment El –Yassir Maanroufou.

A l’heure où Mayotte célèbre les 10 ans de la départementalisation, les enjeux de ce scrutin sont importants comme à chaque élection.

Des dossiers non aboutis et objets des frustrations des Mahorais, la piste longue, la problématique de l’eau, l’économie seront sans doute au cœur de la campagne électorale.

Les Mahorais veulent des élus capables de tenir tête à l’Etat, de dire non à l’Etat et de penser développement de Mayotte.

Les élections départementales approchent à grand pas. Les candidats déclarés devront déposer leur candidature au mois d’avril prochain et seulement sur rendez-vous à la préfecture. Pour le premier tour  prévu le 20 juin, le dépôt de candidature est fixé du 26 avril au 5 mai prochain. Les électeurs sont attendus aux urnes ce jour-là, le 20 juin pour faire leur choix. Le second tour est prévu pour le 27 juin.