Coronavirus : " La prolongation du confinement à Mayotte est nécessaire"

coronavirus
prefet au chm
©prefecture
Avec 1023 cas ce dimanche 10 mai , Mayotte confirme une trajectoire bien à l'opposée des autres départements en matière de propagation du Coronavirus. C'est la raision pour laquelle le préfet a tenu à encourager la population à tenir bon avant une éventuelle reprise de la vie sociale.
Ce lundi 11 mai est une date qui sera chargée de beaucoup d'émotions pour les français qui vont pouvoir reprendre progressivement "une vie normale". Tous les départements français seront donc déconfinés sauf Mayotte à cause de la progression de l'épidémie. C'est la raison pour laquelle Jean-François Colombet demande à la population un effort supplémentaire : " L’évolution de la situation épidémiologique a conduit le Gouvernement à différer les mesures de déconfinement, en fonction du diagnostic territorial, compte tenu des critères suivants : indicateurs syndromiques d’évolution de l’épidémie, capacité locale de l’offre de soin, capacité à tenir localement les objectifs de tests.

Le département de Mayotte est classé « rouge » en raison des tensions du système hospitalier, déjà fortement sollicité, classant le département en zone de « circulation élevée de l'épidémie sur le territoire ». 
prefet au chm
©prefecture

Et Jean-François Colombet d'expliquer pourquoi Mayotte n'est pas encore éligible à cette première étape de confinement qui entre en vigueur dès ce lundi 11 mai : "Si le 11 mai ouvre, dans la plupart des départements de métropole, un nouveau chapitre par la mise en place du plan de déconfinement, la prolongation du confinement à Mayotte est nécessaire, avant une reprise protégée et responsable de la vie sociale.

Présentant la stratégie nationale de déconfinement devant les sénateurs, le Premier ministre s’est engagé à « faire un point le 14 mai pour envisager l’assouplissement du confinement »
.
Un assouplissement qui ne sera possible que si le virus dimune sa progression. Pour se faire , il faut couper la chaine de transmission. Cela passe par le respect des consignes de sécurité : "Il est impératif de respecter le confinement et les gestes barrières, qui constituent des actes de civisme, une démarche individuelle au service de la collectivité, et notamment des plus fragiles."
prefet case rocher
©prefecture

Le préfet de Mayotte, Délégué du Gouvernement, sait pouvoir compter sur les Mahorais, sur leur implication dans leur propre sécurité, pour réussir cette phase délicate.Selon des projctions mathématiques , le pic épidémique est attendu le 20 mai à Mayotte.


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live