Fin de la garde à vue d'Ida Nel, délégataire du port de Longoni à Mayotte

économie longoni
Ida Nel
Ida Nel, la présidente de MCG ©Mayotte la 1ere - YD
La femme d’affaires, patronne du Port de Longoni, dans la commune de Koungou, est sous le coup d'une enquête du PNF, le parquet national financier. Elle était entendue par les enquêteurs depuis mardi pour fraudes fiscales. En milieu de journée, ce jeudi, c'est par un message posté sur internet qu'on apprend la fin de sa garde à vue.

Dans ce message posté sur internet, Ida Nel confirme avoir été auditionnée par les enquêteurs du PNF 

Ida Nel dit avoir collaboré avec les enquêteurs "pour faire avancer cette enquête"; et se dit déterminée à poursuivre le travail entamé au port depuis 2013 pour le faire développer.

  • Une garde à vue très discrète

La garde à vue d'Ida Nel a débuté mardi. Elle a longtemps été tenu secrète avant d'être médiatisée mercredi en fin de journée. Tard ce mercredi, on apprenait que des perquisitions avaient été menées par les gendarmes au sein de la société MCG, Mayotte Channel Gateway, d'Ida Nel au port de Longoni. Les enquêteurs seraient repartis notamment avec des logiciels. Si le placement en garde à vue a fait grand bruit dans le monde économique, tout le reste de l'enquête a été gardé secret ou presque. 

  • Le port de Longoni au cœur des nombreuses tensions entre Ida Nel et les autres acteurs du port
©ISABELLE BONILLO

Le PNF reste très discret dans ce dossier, mais selon nos informations, Ida Nel serait entendue pour fraude fiscale aggravée et blanchiment de fraude fiscale. A noter que depuis plusieurs années, de nombreuses affaires plombent l’atmosphère au port entre Ida Nel et les autres acteurs ce dernier, le département ou encore avec les salariés.

MAYOTTE port de Longoni 2025
MCG a un contrat de DSP qui court jusqu‘en 2028. ©Géraldine Louis

Tous ou presque décrient la gestion du port depuis que Ida Nel en a pris les commandes en 2013, en remportant la DSP du Port de Longoni. Et depuis 2017, un bras de fer est engagé entre la patronne de MCG et le conseil départemental; en cause notamment, le non-respect du cahier des charges de la DSP.