Football : Les arbitres en droit de retrait, la Ligue reporte les matchs pour dire stop à la violence

football
football sport ballon terrain pelouse
©RB/Imaz Press Réunion
Les arbitres de Mayotte menacent de boycotter toutes les rencontres du week-end. Dans le même temps, la ligue mahoraise de football annonce le report des matchs pour dire stop à la violence.

Les arbitres ont décidé d'exercer leur droit de retrait ce week-end sur l'ensemble des rencontres prévues. Ils souhaitent notamment une augmentation des frais d'arbitrages. "Nous sommes un département où les frais d'arbitrages sont les plus faibles. Un gamin qui souhaite débuter l'arbitrage va toucher 25 euros par match. On le fait se déplacer de Mtsamboro à Kani-Kéli, les 25 euros sont dépensés dans le taxi. L'arbitrage à Mayotte n'est pas assez attractif alors qu'on nous demande de plus en plus de choses qui demandent beaucoup de travail personnel et d'investissement." juge Thaoubani Mazouni, porte-parole des arbitres mahorais. 

Ainsi, pour un arbitre qui débute, le corps arbitral mahorais demande une augmentation de dix euros de son indemnité d'arbitre central, faisant passer cette dernière de 25 à 35 euros. Pour un arbitre F4, l'élite de l'arbitre mahorais, ils souhaitent faire passer l'indemnité de 55 à 90 euros " et encore, c'est toujours inférieur à ce qui se fait dans les autres départements " juge un arbitre de Mayotte où les frais kilométriques ne sont pas pris en compte contrairement à l'hexagone. 

L'année dernière un certain nombre de nos collègues ont été agressés, et les sanctions, on les a trouvé un peu légères, pas assez dissuasives. On trouve que jusqu'à maintenant la ligue a été plutôt laxiste par apport à ces sanctions. 

Thaoubani Mazouni, porte parole des arbitres mahorais

La Ligue Mahoraise de Football, de son côté, par communiqué de son président Mohamed Boinariziki annonce le report de toutes les rencontres du week-end, non pas dû au droit de retrait des arbitres, mais plutôt à cause "de l'énième vague de violence que connaît une fois de plus notre île (...) pour dire STOP à la violence, NON aux agressions sur et en dehors du terrain."

Communiqué Ligue Mahoraise de Football ©Ligue mahoraise de football