Koungou face à la mise en place du couvre-feu

coronavirus
Koungou face à la mise en place du couvre-feu
La mairie de Koungou s'organise pour faire respecter le couvre-feu qui débutera ce jeudi 21 janvier. ©Géraldine LOUIS

Koungou, commune de 28,41 km2, compte 32 156 habitants au recensement de 2017. Comment s’organise la 2ème commune la plus peuplée de Mayotte pour mettre en place le couvre-feu imposé par arrêté préfectoral afin de lutter contre la propagation du variant sud-africain du Covid?

Elle s’étend sur 6 villages, de Majicavo Lamir à Longoni. La commune de Koungou est vaste et très peuplée. Pour s’assurer que tous les administrés soient au fait des dispositions prises pour lutter contre la propagation du variant sud-africain du Covid, la police municipale fait le tour des villages. “Ils sont passés avec un mégaphone à bord de leur voiture pour signaler qu’il y aurait un couvre-feu. J’ai bien entendu le message, je l’ai bien compris mais je ne le respecterais pas parce que nous sommes à Koungou et qu’il n’y a pas de cas de variant du Covid“ révèle un jeune homme qui discute sur la place du village avec ses amis.

le Maire de Koungou convoqué au tribunal
entrée du village de Koungou ©ANDRY RAKOTONDRAVOLA

Non loin de là, un autre groupe de jeunes discutent. Assis sous le badamier de la place, Iftide, un jeune d’une vingtaine d’année conçoit la nécessité du couvre-feu. “J’espère que l’arrêté sera suivi par les gens de Koungou. Pour nous ça va changer beaucoup de chose parce qu’il n’y aura pas beaucoup de monde sur la route et les gens ne caillasseront pas les gendarmes. Moi, je vais le respecter parce que je n’aime pas les problèmes, surtout avec la justice. De toute façon, la situation telle qu’elle est aujourd’hui avec les jeunes qui caillassent, font des bêtises sur la route etc… fait que je n’aime pas rester dehors tard la nuit“ confie Iftide.

Ce qui pourrait poser le plus de problèmes, c’est les fêtes de fin de semaine. C’est pour ça qu’on a accentué ces convocations, ces informations dans les quartiers. 

 Lionel BRUN responsable de la police municipale à Koungou.

A Koungou, la police municipale fait le tour des lieux de rassemblement de la commune depuis la fin de la semaine dernière. Les cadis, les associations de quartiers entre autres, sont sensibilisés. “On a fait aussi le tour des écoles, de certaines plages qui sont très fréquentées. Tous les endroits où il y a un peu de monde, les marchés … pour expliquer aux gens qu’il faut redoubler de vigilance concernant le port du masque, les désinfections, essayer de garder un peu de distance dès qu’il y a un peu trop de monde, les files d’attente devant les écoles etc… de façon à ce qu’on limite au maximum le risque de propagation du virus“ explique Lionel Brun, responsable de la police municipale à Koungou.

Koungou face à la mise en place du couvre-feu
Lionel Brun et la police municipale de Koungou font de la prévention auprès des administrés afin d'éviter les contaminations au Covid. ©Hachim SAID HACHIM

Le Préfet de Mayotte, Jean-François Colombet a décidé d’instaurer un couvre-feu à partir de 18 heures et ce jusqu’à 4 heures du matin à partir de jeudi 21 janvier. La municipalité de Koungou a pris des mesures supplémentaires en rédigeant un arrêté municipal interdisant les manifestations d’ordre religieuses, cultuelles et culturelles. “Les manzarakas, les regroupements religieux ou cultuels seront interdits pendant cette période décrétée par le Préfet. Nous n’avons pas encore pris la décision d’interdire les prières, ça n’est pas de notre ressort. Mais nous allons entrer en contact avec les imams, les responsables religieux pour voir comment on peut aller en ce sens : ne pas interdire les prières mais éviter qu’il y ait trop de monde dans les mosquées ou bien dans les lieux de cultes “annonce Mounir-Mohamed BOINAHERY, DGA chargé du développement humain, économique et social à la mairie de Koungou.

Koungou face à la mise en place du couvre-feu
Mounir-Mohamed BOINAHERY, DGA chargé du développement humain, économique et social à la mairie de Koungou annonce l'interdiction des rassemblements de foule dans la commune. ©Géraldine LOUIS

“C’est pour la sécurité de tout le monde, donc chacun doit se sentir responsable et faire un maximum à son niveau pour éviter que la propagation ne soit plus importante et qu’on aille vers des mesures encore plus restrictives pour tout le monde“

Lionel Brun, responsable de la police municipale à Koungou.

3 véhicules et 12 agents de police municipaux assurent actuellement les patouilles sur la commune de Koungou. Pas assez pour assurer les rotations jours et nuits.“On va essayer de faire les plannings de sorte que les agents travaillent jusqu’à 18h voire 19h. (…) On va travailler avec les effectifs de la police municipale qu’on a aujourd’hui et les forces de gendarmerie“ déclare Soulaimana Abdallah, adjoint chargé de la sécurité de la commune de Koungou.

Une convention permettrait aux agents de police municipale de patrouiller au-delà de 18h. La Préfecture et la municipalité de Koungou seraient en discussion pour signer le document.

Couvre feu : L'impact sur la commune de Koungou

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live