Barrages à Koungou après la mort de Mhamadi Mroivili

violence koungou
Barrage Trévani après mort Raoul
Le village de Trévani a subi la colère de jeunes de Koungou la nuit dernière, avec des barrages notamment sur la RN1. ©Andry Rakotondravola

La circulation à Koungou est bloquée ce matin après le meurtre de Mhamadi Mroivili, un médiateur très apprécié dans la commune de Koungou. Il a été victime d'un guet-apens hier soir à Trévani.

Plus personne ne circule sur la RN1 dans la commune de Koungou ce samedi matin. Des barrages placés par des jeunes et la gendarmerie empêche tout passage dans la zone. Et pour dégager la route, les forces de l'ordre ont employé leurs flash ball, des grenades lacrymogènes ou encore l'hélicoptère de la gendarmerie.

Mhamadi Mroivili "Raoul"
Mhamadi Mroivili était un ancien militaire et a été conseiller municipal de Koungou chargé de la sécurité. ©Mhamadi Mroivili/Facebook


Depuis la nuit dernière, des jeunes de Koungou ont décidé de déchaîner leur colère sur le village de Trévani, pour venger le meurtre de Mhamadi Mroivili dit Raoul. Selon un témoin l'agression mortelle a eu lieu vers 19h45.

Raoul en scooter suivait un ami dont la moto avait des problèmes de phares. Ils  ont été bousculés par des jeunes en embuscade, son ami a pu se relever et partir en trombe, mais Raoul n’a pas eu cette chance. Il a été égorgé sans raison...

Un témoin du meurtre

La nouvelle de son décès va mettre la commune de Koungou en émoi. Mhamadi Mroivili était connu de tous, issu d’une famille respectable de Koungou et Kangani.  Ce père de famille était médiateur et même ancien élu de la commune de Koungou. Il ne cachait pas son intention de se présenter aux élections départementales de 2021.

Violences Trévani Camion brûlé après la mort de Mhamadi Mroivili
Des véhicules de toutes sortes ont été incendiés à Trévani la nuit dernière par des jeunes venus de Koungou. ©Andry Rakotondravola

A l'annonce de son décès, des habitants de Koungou très remontés ont appelé à la vengeance. Les noms des jeunes présumés auteurs de l’agression mortelle  à Trévani ont été lâché, dont 2 frères défavorablement connus des forces de l'ordre. Mais ce sont tous les habitants de Trévani qui en ont faitt les frais la nuit dernière. Maisons, voitures, magasin incendiés ou caillassés, les villageois terrés chez eux ont eu très peur. Une deuxième expédition a eu lieu à l’aube, mais les jeunes recherchés étaient introuvables.

Pharmacie de Trévani attaquée après la mort de Mhamadi Mroivili.
La pharmacie de Trévani a subi une tentative d'effraction. L'officine a fermé ses portes ce matin en raison du climat tendu qui règne dans le village. ©Andry Rakotondravola

J’ai tout perdu, je venais de récupérer de la douane des marchandises d’une valeur de 20 000 euros pour mon commerce. Ils ont brulé, cassé tout ce qu’ils pouvaient. Je suis mort. Ils ont même essayé d'entrer dans la pharmacie. Il faut que ça s’arrête sinon ça sera la guerre civile.

Un propriétaire de magasin à Trévani

Devant son magasin plusieurs véhicules et poubelles fument encore, à l’intérieur du village c’est aussi la désolation, et énormément de dégâts matériels ;  les habitants hagards et encore sous le choc refusent de s’exprimer  mais une mère de famille  commerçante également se lâche.

J’ai eu la peur de ma vie, je pensais que j’allais mourir ! Ils ont lancé des pierres, des bouteilles dans ma maison, les maisons en tôle d’à côté ont brulé ainsi que deux voitures devant ma maison. Nous sommes de victimes, qu’ils aillent chercher les auteurs de ces troubles mais qu'ils ne s'en prennent pas à des innocents ! J’ai élevé des enfants, certains sont grands maintenant, mais aucun n’est délinquant.

Une mère de famille commerçante de Trévani

Ce samedi matin beaucoup de familles préfèrent  quitter le village pour  se réfugier ailleurs, elles craignent une reprise des violences.

Pendant ce temps d’autres villageois, en comité, se sont réunis, ils ont décidé d’aller expulser les familles des jeunes qualifiés de délinquants.

Réunion habitants Trévani pour chasser les délinquants après la mort de Mhamadi Mroivili
Des habitants de Trévani se réunissent pour définir une action visant à chasser les familles de délinquants du village. ©Andry Rakotondravola

Le corps de Raoul doit subir une autopsie avant d’être rendu à sa famille. Habitant à Kangani, village de son père, il sera inhumé à Koungou dont est originaire sa mère.