L'actualité régionale 19 Février

océan indien
 Allocution du préfet Jacques Billant
Allocution du préfet Jacques Billant ©Elyas Akhoun

LA REUNION

Toute la Réunion sous couvre-feu ? C’est possible dans les prochains jours prévient le préfet. Les contaminations augmentent chaque jour

Dans un entretien à Réunion la 1ère, le préfet de la Réunion, Jacques Billant, se dit prêt à durcir les mesures. Le taux d’incidence a doublé en quatre semaines. Pour le moment, 7 des 24 communes sont sous couvre-feu. L’autre nouveauté est un plus grand contrôle des « motifs impérieux » pour voyager. Les passagers devront envoyer leurs déclarations en ligne avec des pièces justificatives six jours avant le voyage. Un récépissé leur sera remis pour voyager. Mais pour le préfet il n’est pas question de fermer l’aéroport « sinon les rayons se vident, les usines s’arrêtent, les agriculteurs n’exportent plus, le chômage explose… ». Enfin il a évoqué les évacuations sanitaires depuis Mayotte : « si le seuil d’occupation des lits est franchi, nous procéderons à des évacuations vers l’hexagone, on s’y prépare dès aujourd’hui ».

 

 

COMORES

Les restrictions s’assouplissent à Mohéli. L’île, point de départ de la flambée épidémique, va retrouver une vie presque normale

Le couvre-feu a été assoupli, à partir de 20h00  au lieu de 18H00, et surtout les écoles reprennent, « mais il ne faut pas nous endormir sur nos lauriers » dit le gouverneur de l’île Mohamed Fazul, « la pandémie est toujours là ».il insiste notamment sur la poursuite du contrôle strict des déplacements d’une île à l’autre. En Grande-Comore et à Anjouan, il est prévu de rouvrir l’université à partir du 1er mars. En même temps le comité scientifique des médecins comoriens est appelé à se prononcer sur les vaccins : des vaccins chinois, russes, ou américains. Reste à savoir lesquels sont disponibles, accessibles et surtout efficaces.

 

 

TANZANIE

L’île de Zanzibar est en deuil, le vice- président est décédé sur son lit d’hôpital victime du Covid … Mais, officiellement,  on ne peut pas dire de quoi il est mort

Mourir du Covid dans un pays où officiellement la maladie n’existe pas, c’est ce qui vient de se passer dans cette dépendance de la Tanzanie. Seif Sharif Hamad avait semé le trouble en annonçant son hospitalisation il y a trois semaines, en révélant qu’il avait attrapé le virus. Un deuil de 7 jours a été décrété, le président tanzanien John Magufuli lui rend hommage, mais sans parler de Covid. On meurt beaucoup en Tanzanie, un grand diplomate s’est éteint également le même jour. Le gouvernement s’obstine à refuser la vaccination, la colère commence à monter. L’Eglise catholique est revenue à la charge, dénonçant l’inaction des autorités alors que l’on enterre des défunts à un rythme soutenu.

 

 

 

SEYCHELLES

Le budget de l’Etat pour 2021 a été adopté. On serre les vis  partout parce que les recettes de l’Etat se sont effondrées

Il n’y aura pas de recrutement dans la fonction publique cette année, le remplacement des départs se fera au compte-goutte. Le pays va fermer des ambassades et des consulats à l’étranger. On retient aussi que le ministre des finances entend supprimer « la dépendance à l’aide sociale pour les personnes qui peuvent travailler ». Mettre les seychellois au boulot, c’est l’ambition affichée par le président Ramkalawan. Les sociétés étrangères sont placées sous haute surveillance des services fiscaux. L’Etat doit gratter tout ce qu’il peut et dépenser moins. Mais il s’agit aussi d’investir, notamment dans la pêche et l’industrie de transformation du poisson, ainsi que dans les services aux navires de grande pêche. Les Seychelles veulent exporter plus de poisson, notamment du frais par avion. On cherche des ressources en espérant que les touristes reviennent ; ce sont eux qui faisaient la fortune des Seychelles.