L'actualité régionale 20 Novembre

océan indien
OCEAN INDIEN
CARTE COI
COMORES


L’évasion collective à la prison de Moroni continue de faire des vagues, dimanche dernier, plus de 50 détenus s’étaient enfuis alors que les gardiens étaient occupés à fêter une victoire en football


Si l’on en croit le quotidien national « AlWatwan », le président Azali Assoumani ne décolère pas depuis cette évasion, « il tape du poing sur la table ». Il y a surtout parmi les évadés cet homme accusé d’avoir fomenté un attentat contre lui : Le dénommé « Bobocha », qui se cacherait à Mayotte ; même si nous n’en avons pas la confirmation formelle.
Il devait passer devant la cour de sûreté de l’Etat. Le porte-parole du gouvernement comorien se dit « sûr qu’aucun pays n’accordera l’asile à une personne accusée d’avoir financé une organisation terroriste ». En attendant de remettre la main sur Bobocha, la justice s’en prend aux gardiens d’une société privée chargée de la sécurité de la prison. Ils pourraient bien se retrouver derrière les barreaux qu’ils étaient censés surveiller.




MAURICE

Une affaire de meurtre d’un enfant de deux ans scandalise toute l’île Maurice. Elle conduit en prison ses parents, mais aussi un médecin et un policier


Le petit Ayan, 2 ans, était conduit aux urgences la semaine dernière dans un état grave. Sa mère prétendait qu’il était tombé. Inconscient, l’enfant n’a pas pu être réanimé. Une enquête s’imposait, ainsi qu’une autopsie. C’est  là qu’intervient un policier qui fait appel à une jeune médecin pour signer au plus vite un acte de décès et procéder par la suite à l’inhumation. L’intervention d’un proche de la famille a pu mettre fin à cette précipitation suspecte. On a découvert que le petit garçon était mort sous les coups de ses parents, sa mère et son beau père,  et que le policier et la doctoresse étaient de mèche pour camoufler le crime. Tous deux sont en prison comme les parents. L’affaire a ému en haut lieu. Le premier ministre a fait part de sa profonde tristesse et de sa colère, promettant que le parlement adoptera une législation durcissant considérablement les peines pour les sévices à l’encontre des enfants





MADAGASCAR

Madagascar va connaitre la croissance la plus basse de son histoire. Un chiffre négatif est avancé pour 2020 : -3,8%


La croissance avait déjà été prévue à la baisse – 0,8%, la dernière révision est encore pire  - 3,8%. Madagascar fait partie des pays où la croissance à deux chiffres est une habitude et une nécessité compte tenu de l’accroissement de la population. Cette dégringolade n’est pas très difficile à comprendre : il y a des secteurs comme l’hôtellerie et la restauration qui connaissent une chute vertigineuse de près de 80%. Mais pas seulement : l’industrie minière connait aussi une contraction importante de 53%. Le niveau des ménages a baissé, passant de 537 dollars de PIB par habitant à 503 dollars. On estime que 10% de la population des villes a été déclassée, descendant dans la catégorie des nouveaux pauvres. Moins d’argent et des prix plus élevés : les produits de première nécessité comme le riz, l’huilen le sucre ou la farine ne cessent d’augmenter.




SEYCHELLES


La crise touche aussi durement les Seychelles. Les fonctionnaires viennent d’apprendre qu’ils devront dire adieu à leur 13 ème mois


C’est le correspondant de Réunion la 1ère à Mahé aux Seychelles, Gabriel Robert,  qui nous informe de cette décision très impopulaire alors que le nouveau président Wavel Ramkalawan vient juste d’être élu triomphalement : les fonctionnaires seychellois n’auront pas de treizième mois. Cela ne faisait pas très longtemps que le treizième mois existait. Le précédent président Danny Faure avait été heureux de l’instaurer en 2017. C’était l’avancée sociale la plus notable de son mandat. Le pays était alors en plein essor grâce au tourisme. Aujourd’hui l’économie est dans un état désastreux ; les caisses sont presque vides. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, on annonce également la fin de l’indemnisation du chômage partiel. Les entreprises qui le pourront paieront leurs salariés, sinon ce sera la porte.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live