L'actualité régionale 22 Juin

océan indien
Abdallah Agwa journaliste comores
Abdallah Agwa conduit au tribunal de Moroni ©Habarizacomores.com

COMORES

Un verdict d’une sévérité exceptionnelle est prononcé contre un journaliste accusé de déstabilisation, et d’avoir diffamé le président Azali : quatre ans de prison ferme

Adallah Agwa exerce son métier dans un média très suivi sur Facebook que les comoriens ont baptisé « Facebook FM ». Il n’a pas la langue dans sa poche, il n’a peur de rien. C’est une « grande gueule » habituée des commissariats de police, des tribunaux, et de la prison de Moroni. Interpellé à de multiples reprises pour des propos virulents contre le président Azali, le journaliste n’a jamais voulu se taire, faisant feu de tout bois. En 2018 par exemple, il avait accusé le président de s’habiller comme un notable alors qu’il n’avait pas fait le grand mariage. Il tenait auparavant une station de radio, « Baraka », qui avait été fermée par les autorités. Il a été poursuivi sous tous les régimes. Abdallah Agwa a subi les arrestations sous le président Ikililou, et même sous Sambi, le prédécesseur d’Azali aujourd’hui incarcéré. Il se murmure à Moroni que le président aurait l’intention de le gracier après ce verdict. Est-ce que cela le fera taire ? Rien n’est moins sûr.

 

MADAGASCAR

L’affaire du vaccin distribué par l’ONU à Madagascar- mais non reconnu par l’Europe- tourne à l’embrouille diplomatique. Le gouvernement malgache a demandé des explications. Les réponses sont plutôt embarrassées

Tout est parti d’un communiqué de l’Ambassade de France la semaine dernière annonçant, à la surprise générale, que les personnes vaccinées à Madagascar avec le sérum appelé « Covishield » ne seraient pas considérées comme vaccinées si elles voulaient entrer en France, Covishield n’étant pas dans la petite liste des vaccins homologués par l’Europe. La levée de boucliers a été immédiate dans la grande île. C’est pourtant bien l’Europe qui a encouragé l’accès à ce sérum, elle a appuyé l’initiative internationale Covax pour distribuer ces vaccins aux pays pauvres. « Cela voudrait-il dire qu’il y a un vaccin pour les européens, et un autre pour les africains ? », cette question a été carrément posée par le ministre malgache de la santé. La réponse de l’Union Européenne est de dire que ce n’est pas elle qui a décidé, mais une autorité indépendante : L’agence européenne du médicament. Madagascar attend aussi des explications de l’Organisation Mondiale de la Santé qui a validé d’autant plus facilement le Covishield qu’il est simplement un autre nom du vaccin AstraZeneca. Même produit, même formule, fabriqué sous licence en Inde. L’ambassade américaine s’est mêlée du débat en encourageant encore une fois les malgaches à se faire vacciner, rappelant que les Etats-Unis sont le plus fort contributeur financier à cette campagne de vaccination à Madagascar.  

 

 

SEYCHELLES

Les Etats-Unis vont fournir le vaccin Pfizer. Il sera réservé aux jeunes

C’est un don annoncé par le président américain Joe Biden : 500 000 doses offertes aux pays les plus pauvres. A partager entre 92 pays cela ne fera pas grand-chose. Le ministère seychellois de la santé affirme qu’il y en aura pour l’archipel, mais on ne sait pas combien. Les Seychelles pourraient aussi en acheter.  Pfizer sera réservé aux adolescents de 12 à 17 ans, mais il faudra sans doute attendre 2022. Ce sera le quatrième vaccin distribué dans le pays. Jusqu’à présent les Seychellois ont été vaccinés avec Covishield, Sinopharm le chinois, et Spoutnik le russe, aucun de ces trois n’étant homologué par l’Union Européenne. Le pays est malgré tout l’un des mieux vaccinés au monde compte tenu d’une faible population de moins de 100 000 habitants.

 

 

MAURICE

Une folle rumeur circule à Maurice et ailleurs dans le monde : l’injection du vaccin rendrait les épaules "magnétiques"

Le journal « Le Mauricien » a pris la peine de démentir cette absurdité qui circule sur les réseaux sociaux, photos à l’appui. Les personnes vaccinées fonctionneraient comme des aimants et pourraient faire tenir sur le haut du corps n’importe quel objet métallique. Sur les photos – truquées bien évidemment – on voit un homme avec des clés, des fourchettes, un plateau en fer tenant sur la poitrine et sur les omoplates. Tout cela est une blague complètement farfelue… Dommage d’ailleurs, ce serait pratique quand on n’a pas de poche pour ranger son téléphone.