L'actualité régionale 26 Janvier

océan indien
Inflation Comores

COMORES

Le président Azali Assoumani annonce de nouvelles restrictions pour freiner l’épidémie de Covid

Les mosquées seront désormais fermées, elles sont considérées comme des lieux de contamination. Un couvre-feu est décrété de 20h00 à 5h00 du matin. Le port du masque est obligatoire dans l’espace public, y compris à l’extérieur. Les festivités coutumières et tous les rassemblements sont interdits. Les marchés pourront continuer à fonctionner du lundi au samedi, le dimanche sera consacré à leur désinfection. Les écoles resteront ouvertes mais il faudra fonctionner par demi-groupes et aérer les salles. Ces mesures sont décidées alors que le pays connait une deuxième vague meurtrière commencée à Moheli, mais qui touche maintenant surtout la Grande Comore et Anjouan. A l’hôpital de Samba en Grande Comore, établissement dédié au Covid, on a enregistré 7 décès rien que dans la journée de dimanche. Les personnes âgées ne sont pas les seules victimes, il y a eu aussi un jeune homme d’une trentaine d’années. Les Comores n’ont pas encore commencé la campagne de vaccination.

 

A propos du vaccin, une bonne nouvelle est annoncée par le laboratoire qui produit le Moderna

La société américaine  de biotechnologie Moderna a annoncé hier que son vaccin est efficace contre le variant sud-africain. Il serait efficace contre tous les variants détectés à cette date selon les experts au terme d’une campagne d’essais. Moderna ajoute toutefois qu’elle travaille à développer une dose additionnelle pour accroitre encore son efficacité contre les variants, qu’il s’agisse de l’anglais ou du sud-africain. Des essais cliniques seront organisés pour mesurer les effets potentiels de l’injection d’une dose supplémentaire à base d’une protéine spécifique. La mise sur le marché du Moderna a été autorisée par l’Union Européenne depuis le 6 janvier, mais c’est l’autre vaccin, le Pfizer-Biontech qui est administré depuis le début des vaccinations en France.

 

 

LA REUNION

La rentrée des vacances de Noël est perturbée par la septaine obligatoire

Des enseignants, mais aussi des élèves, ont voyagé vers la métropole pendant les vacances de fin d’année qui s’achevaient hier lundi 25 janvier. Or, au moment de l’achat de leur billet aller-retour, ils ne pouvaient pas savoir que la septaine d’isolement à domicile allait être imposée. Résultat : de nombreuses absences de profs et d’élèves sont constatées dans les établissements. La septaine qui s’impose tous les voyageurs est prise en charge par la sécurité sociale comme un congé-maladie. Tous les voyageurs… sauf les personnels des hôpitaux. Le CHU de la Réunion a demandé aux soignants de ne pas respecter la septaine en raison des fortes tensions pesant sur l’organisation du travail.  Les syndicats se disent choqués par cette décision qui, selon eux, fait prendre des risques à la population.

 

 

SEYCHELLES

Les écoles sont fermées, une course de vitesse est engagée entre la vaccination et la circulation rapide du virus

Les Seychelles étaient épargnées jusqu’à présent grâce à des mesures de quarantaine très strictes pour les voyageurs. Alors que la campagne de vaccination est déjà très avancée, on assiste à une flambée des infections probablement due à la version sud-africaine du virus, plus contagieuse. Trois personnes sont décédées. Un couvre-feu est instauré de 20h00 à 4h00 du matin, des limitations horaires sont imposées aux magasins, et surtout pour la première fois la fermeture des établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre. Tous les enseignants seront vaccinés d’ici la semaine prochaine.