L'actualité régionale du 19 octobre

océan indien
Tests PCR comores
Au sommaire de l’actualité régionale ce mardi : la vaccination de plus en plus incontournable aux Comores, l’utilisation massive des pesticides à Maurice, les projets d’aquaculture aux Seychelles, et des disparitions insolites de téléviseurs dans les chambres d’hôtel de Majunga à Madagascar

COMORES

L’obligation vaccinale anti covid se met en place jour après jour, mais souvent sans prévenir les usagers surpris de se voir exiger un carnet de vaccination

Hier lundi  c’était l’ONICOR, l’organisme qui importe le riz, qui affichait à la porte de ses locaux une interdiction d’entrée à toute personne non vaccinée. La semaine dernière des fonctionnaires du ministère de l’intérieur ont été surpris de se voir refuser l’entrée de leurs bureaux faute de carnet de vaccination. En principe les enseignants et tous les élèves doivent être désormais vaccinés pour accéder aux établissements. Le principal hôpital du pays, El Maarouf à Moroni, annonce des tests de dépistage obligatoires pour tous les patients et les garde-malades. L’hôpital est en mesure de réaliser 3 000 tests par mois, il propose aussi un centre de vaccination.

MAURICE

Un rapport officiel a de quoi inquiéter les consommateurs : l’île Maurice est désignée comme championne du monde dans l’utilisation des pesticides. C’est la FAO,  l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, qui l’affirme.

Le rapport a été révélé et détaillé par la journaliste-écrivaine  Shenaz Patel dans le quotidien « Le Mauricien ». Maurice détient le record mondial d’utilisation de pesticides par rapport à sa surface agricole . On en utilise 10 fois plus qu’en France. La tendance est même à la hausse puisque que l’utilisation a augmenté de 22% depuis 2019. C’est un cercle vicieux, l’épandage de ces pesticides diminue la fertilité des sols, qui amène à son tour l’utilisation intensive de fertilisants chimiques. Parmi ces produits censés protéger les fruits et légumes contre les insectes et les champignons, on trouve de véritables poisons qui sont interdits en Europe, comme l’atrazine qui s’infiltre dans les nappes phréatiques. L’industrie de la canne l’utilise massivement à Maurice. L’eau, la terre, et même l’air sont durablement pollués. Shenaz Patel conclut son éditorial en disant : « chaque légume que nous mangeons, supposément pour notre santé, nous met en péril ».

SEYCHELLES

Toujours à propos d’alimentation, les Seychelles s’ouvrent aux investissements dans l’aquaculture

Les investisseurs privés peuvent désormais demander une licence sur un site internet ouvert par le ministère de l’agriculture et de la pêche. « C’est une nouvelle étape dans le développement des Seychelles » affirme le ministre Jean-François Ferrari, selon lui « l’aquaculture est l’une des industries mondiales à la croissance la plus rapide ». 51% des poissons consommés dans le monde sont des poissons d’élevage. Quelques entreprises existent déjà dans le pays, comme celle d’un portugais qui élève des crabes. Le gouvernement posera des exigences environnementales pour que ce soit une aquaculture durable. Soit dit en passant, les Seychelles ne sont pas bien brillantes dans le rapport sur l’utilisation des pesticides qu’on évoquait plus haut : elles sont dans le groupe des dix pays qui en utilisent le plus.

MASAGASCAR

On a enfin mis la main sur un voleur de téléviseurs dans les chambres d’hôtels. Cela se passe à Majunga

Cela faisait deux mois que des postes de télé disparaissaient dans des chambres d’hôtels de Majunga. Le malfaiteur se présentait comme un mandataire de client et faisait une réservation. En général il réservait deux ou trois chambres en même temps, cela inspire confiance. Il demandait à les visiter, et repérait ainsi les écrans plats les plus intéressants qu’il revenait chercher avec de grands cartons, ses allées et venues n’inspirant aucune méfiance au réceptionniste. Après avoir écumé les plus grands hôtels de la ville, il a fini par se faire coincer par la police. On a pu récupérer seulement trois téléviseurs qui n’avaient pas encore été revendus.