L’actualité régionale du 8 octobre

océan indien
Abdulrazak Gurnah
©franceinfo
L’actualité régionale aujourd’hui : à Zanzibar un natif de l’île vient de recevoir le prix Nobel de Littérature, Madagascar reçoit des vaches laitières de France, Une saisie de drogue au Mozambique et des hôtels à vendre à Maurice.

ZANZIBAR

C’est un jour de gloire en Tanzanie et particulièrement à Zanzibar. Pour la première fois un prix Nobel de littérature revient à un enfant du pays : l’écrivain Abdulrazak Gurnah

Abdulrazak Gurnah est né à Zanzibar en 1948. Il est arrivé en Angleterre en 1960, exilé à 12 ans, alors que Zanzibar vit dans la tourmente de la fin de la colonie anglaise et la révolution qui chassa les nobles arabes descendants des sultans. Il en tirera d’ailleurs un récit : « adieu Zanzibar ». Son œuvre est assez peu traduite en français, mais cela va changer pour sûr avec l’obtention du Nobel. L’esclavage, la colonisation, la dépendance et l’exil sont des thèmes qui reviennent beaucoup dans ses livres. L’Académie Nobel a d’ailleurs salué son approche du problème des « réfugiés écartelés entre les cultures et les continents ». Gurnah est le cinquième écrivain du continent africain à décrocher un prix Nobel après deux Sud-Africains, un Nigérian et un Egyptien. L’Académie suédoise avait récemment promis d’être un peu moins « eurocentrée ».

MADAGASCAR

Les frontières malgaches sont toujours fermées aux voyageurs internationaux, mais c’est un avion chargé de passagers d’un genre particulier qui s’est posé mercredi sur l’aéroport d’Ivato : Il transportait 147 vaches laitières

Ce sont des vaches de races montbéliardes et normandes, elles viennent du département du Doubs dans l’est de la France. Elles iront rejoindre la région agricole d’Antsirabé et seront mises à disposition des acheteurs après une quarantaine sanitaire. Une seule montbéliarde ou normande peut produire entre 30 et 40 litres de lait par jour. Il n’y a pas photo quand on compare avec  la femelle du zébu commun de Madagascar qui arrive péniblement à donner 4 litres par jour. L’objectif de cette importation est d’atteindre l’autosuffisance dans la grande île où l’on consomme plus de lait que la production nationale. Des éleveurs se sont inscrits pour acquérir ces vaches. Ce n’est qu’un début, l’Etat compte en importer 1000. Ce n’est pas une première à Madagascar. L’ancien président Marc Ravalomanana, lui-même professionnel du lait et des yaourts, avait importé des vaches néo-zélandaises, mais cela n’avait pas très bien marché car les éleveurs n’avaient pas tous les moyens de les nourrir. Cette fois, le programme semble mieux encadré.

MOZAMBIQUE

Les trafiquants de drogue sont de plus en plus malins. Les douaniers mozambicains ont découvert de l’héroïne cachée dans des boutons de manteaux et de vestes destinés à l’exportation

Les malfaiteurs sont malins, mais ils ont trouvé plus malins qu’eux chez les douaniers de l’aéroport de Maputo. Il s’agissait d’un petit colis postal tout à fait banal, contenant 247 boutons confectionnés localement avec des tissus africains aux couleurs vives. Chaque bouton était fourré à l’héroïne. Le colis était adressé au Canada. Les coordonnées du destinataire ont probablement été fournies aux autorités canadiennes. La police s’est intéressée aux expéditeurs du Mozambique. Il apparait que cette drogue venait du Brésil pour être ainsi conditionnée au Mozambique avant réexportation.

MAURICE

Pour ceux qui veulent investir dans le tourisme à Maurice, c’est le moment : il y a beaucoup d’hôtels à vendre, surtout des petites structures, mais pas seulement

Les agences immobilières et les sites internet affichent en ce moment une trentaine d’établissements. Cela va du petit hôtel de 23 chambres à Mont-Choisy, une belle plage entre Trou aux Biches et Grand Baie,  affiché à moins de 2,5 millions d’Euros, jusqu’à un 5 étoiles proposé à 183 millions d’euros. Evidemment c’est la crise Covid qui est à l’origine de ces ventes. Les hôteliers qui n’ont pas travaillé depuis le début de l’année 2020 sont pris à la gorge, criblés de dettes. Les grands groupes ont les moyens de redémarrer en faisant même des promotions, les autres espèrent que des acheteurs vont se manifester. Pour eux les dés sont jetés… exactement comme au Monopoly.