La commune de Tsingoni en proie à des violences entre jeunes

violence
voiture cassée
©Anastasia Laguerra
En plein confinement, les violences ont repris de plus belle sur le territoire, surtout dans la commune de Tsingoni où des affrontements entre jeunes de Combani et de Mirereni se succèdent depuis plusieurs nuits. 
 
C’était la troisième nuit de violences ce mercredi soir, et certainement la plus désastreuse pour les habitants. En témoigne le quartier Mronimoila 2 à Mirereni. Plusieurs maisons ont été caillassées, ainsi qu’une dizaine de voitures, certaines à l’aide de haches. Malgré le confinement, il y a foule dans le quartier ce jeudi, mais rares sont ceux qui osent témoigner par peur de représailles, si ce n’est cette dame qui souhaite rester anonyme. Elle dénonce l’inaction de l’Etat. 
pierres
©Anastasia Laguerra
« Ils ont failli incendier ma maison. Par chance l’un d’entre eux leur a dit d’arrêter. Mais ils ont cassé ma porte à l’aide de pierres, quand l’Etat va t-il agir? Ils vont finir par nous tuer »

Mercredi soir vers 22h, une quarantaine de gendarmes est intervenue pour disperser la cinquantaine de jeunes cagoulée. L’enquête est en cours pour les identifier. En attendant les habitants redoutent la nuit à venir.
voiture cassée
©Anastasia Laguerra
Les Outre-mer en continu
Accéder au live