Les femmes et le sport : la parité est encore loin

journée internationale des droits des femmes
Yasmina Aouny félicite ses joueurs malgré leur défaite en finale
Yasmina Aouny est la seule présidente d'un club de football évoluant en R1 ou R2 à Mayotte. Au total, elles sont 5 femmes à présider un club sur près de 120 affiliés à la ligue mahoraise de football. ©Mayotte la 1ère

D'année en année, la part des femmes dans le sport augmente. Si des progrès sont à constater, l'égalité hommes-femmes est encore loin d'être une réalité à Mayotte.

Voir une femme courir derrière un ballon au pied ou sur un plateau polyvalent ou encore en kimono est devenu courant à Mayotte.
En 2018, Mayotte comptait au total près de 29 000 licenciés dont 28,4 % de licences féminines. Une proportion moindre que dans l'Hexagone (38,5 %) ou en Guyane (36 %) que l'on peut expliquer par différents facteurs. La plupart des infrastructures de Mayotte n'ont pas de vestiaires pour que les filles et les femmes se changent à l'abri des regards. Certains parents estiment encore aujourd'hui que la place de leur fille n'est pas sur un terrain de sport. Et la présence d'un faible nombre d'éducatrices pour encadrer les jeunes filles ne rend pas confiants certains d'entre eux.

Fuz'ellipse Cavani
L'équipe de Fuz'ellipse, championne féminine de basket de Mayotte en 2019 avait donné un engouement dans le quartier et attiré de nombreuses petites filles. Mais avec l'épidémie de Covid-19, cet élan s'est arrêté net. ©Fuz'ellipse

 

L'UNSS Mayotte à parité

Toutefois, certains sports tirent leur épingle du jeu. C'est le cas du football qui compte le plus de licenciées féminines (hors Ufolep et UNSS) avec environ 1 100 licences en 2018 et 2019, soit un peu plus de 10 % du total des licenciés. Mais proportionnellement, c'est moins que le basket-ball et le handball qui sont respectivement à 30 % (680 licences féminines en 2020) et 40 % (724 licences en janvier 2021).
De plus en plus de disciplines sportives font la promotion du sport féminin, si bien que les petites Mahoraises ont désormais le choix de leur sport pour se dépenser, s'accomplir et s'épanouir physiquement. Et notamment à l'école. D'ailleurs en 2018, Mayotte est devenue le premier département de France à avoir atteint la parité en terme de licenciés à l'UNSS (Union nationale du sport scolaire).

HAND
Le handball est le sport à Mayotte qui proportionnellement compte le plus de licenciées féminines. 40 % des pratiquants sont des pratiquantes. ©SOURCE : JDM - SELECTION FEMININE DE HANDBALL DE MAYOTTE POUR LES JIOI

Mais c'est surtout dans l'encadrement technique et dans les instances dirigeantes que la disparité entre hommes et femmes est importante. Lors des derniers Jeux des îles de l'océan Indien en 2019, il y avait seulement deux encadrantes féminines (contre 18 hommes), une seule dirigeante (pour 8 hommes) et aucune arbitre ou juge-arbitre féminine.
Parmi les ligues et comités affiliés au Comité régional olympique et sportif de Mayotte (CROS), seulement deux sont présidés par des femmes (Ufolep et canoë-kayak).

Itissame Soulaïmana, Despérados Rugby Club M’tsapéré Puis AC Bobigny 93
Le rugby est un sport catalogué comme étant masculin. Pourtant, le profil des Mahoraises intéresse grandement le staff technique de la fédération, à l'image d'Itissame Soulaïmana, ailière à l'AC Bobigny 93 ©AC Bobigny 93

 

Trois places réservées aux femmes vacantes au comité directeur de la ligue de basket

La loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes a été adoptée pour faire un rééquilibrage et faire en sorte que les femmes aient plus facilement accès aux instances dirigeantes sportives. Et elle a introduit un quota. Pour les fédérations où les licenciées représentent un quart des licences au moins, 40 % des sièges du comité directeur ou du conseil d'administration sont réservées à des femmes. Pour les autres fédérations, l'obligation descend à 25 % des sièges.
Un principe repris plus ou moins lors des élections des ligues ici à Mayotte. Au football, une femme est présente au comité de direction. Au basket, 7 places sont réservées, mais 3 sont vacantes, faute de candidates. Au rugby, elles sont 4 sur 12 au comité directeur. Quant au handball, 10 femmes font parties du comité directeur de la ligue sur les 24, soit la même proportion que le nombre de licenciées. Et à la délégation régionale académique à la jeunesse, à lengagement et aux sports (DRAJES, ex DJSCS), on estime qu'il faut accompagner les ligues et comités vers la féminisation des instances, sans être tatillon.

AS Jumelles M'zouasia
Les Jumelles de Mzouazia, un club de football exclusivement féminin, mais soutenu par tous les hommes du village. ©Mayotte la 1ère

En effet, s'engager en tant que dirigeant bénévole prend du temps. Ce sont aussi des responsabilités et quand on est une femme qui travaille et qui a beaucoup de tâches à la maison, difficile de trouver le temps pour s'engager dans la gestion d'une association sportive. Le CROS en a bien conscience puisqu'il a prévu une formation à la gestion d'un club sportif spécifiquement pour les femmes. Et il soutient de nombreuses actions en faveur de l'activité physique pour les femmes. Afin que le sport pour tous, hommes et femmes, soit un jour une réalité.