Nadjim Ahamada : « il faut l’état d’urgence, et une règlementation sur les machettes »

zakweli
Nadjim Ahamada, avocat à la cour et ancien conseiller municipal MDM de Mamoudzou
Nadjim Ahamada, avocat à la cour et ancien conseiller municipal MDM de Mamoudzou ©Mayotte la 1ere
Nadjim Ahamada, avocat à la cour et ancien conseiller municipal MDM de Mamoudzou, était l’invité de Zakweli ce jeudi

« Il faut nettoyer, purger le territoire de ces démons » dit Nadjim Ahamada. L’avocat juge la réponse gouvernementale insuffisante : « on nous envoie le RAID, 10 hommes qui vont rester deux semaines ou un mois, ils vont repartir et ça va reprendre ». Nadjim Ahamada estime qu’il faut décider en conseil des ministres « un état d’urgence sécuritaire ». « Il permettrait des perquisitions, des visites domiciliaires à toute heure. Il faut aller dans ces quartiers et éloigner les personnes en situation irrégulière. Il faut un couvre-feu. Que la peur change de camp ».

Nadjim Ahamada souhaite aussi que la vente des machettes soit réglementée : « Les acheteurs doivent être majeurs, présenter leur pièce d’identité. Le vendeur doit être agréé par la préfecture. Cela n’empêchera pas les agriculteurs de s’équiper, mais il faut arrêter la vente libre dès maintenant ».

L’avocat évoque aussi la réponse judiciaire insuffisante à ses yeux: « la justice n’a pas assez de moyens. Il nous faut une vraie prison pour mineurs. On peut incarcérer un mineur de 13 ans » dit-il, ajoutant qu’il souhaite une « présomption de légitime défense » dans les cas de violence à l’encontre d’un agresseur.

Nadjim Ahamada, avocat à la cour et ancien conseiller municipal MDM de Mamoudzou, était l’invité de Zakweli ce jeudi