"Nous avons perdu deux compagnons en une seule journée"

océan indien
Récit rescapés kwassa à la dérive Kenya
Les rescapés du voyage en kwassa ont été hospitalisés à Malindi au Kenya. ©Faïza Soulé Youssouf
Après 22 jours de dérive dans l'océan Indien, 8 rescapés partis des Comores ont été repêchés par des pêcheurs kenyans. Deux rescapés racontent leur calvaire.

Samir, 19 ans est le plus jeune des 8 rescapés. Il n'en revient toujours pas d'avoir survécu à ce voyage.

J’étais désespéré. Je ne pensais pas que j’allais m’en sortir surtout quand j’ai vu que des gens mouraient autour de moi. Je priais tout le temps. Si bien que quand j’ai compris que des pêcheurs nous avaient repérés, j’étais tellement content que j’ai eu l’impression que le prophète Mohamed se tenait en personne devant moi.

Samir, 19 ans

Les 8 Comoriens se trouvent dans un hôpital de la ville de Malindi au Kenya. Très affaiblis mais vivants.

Récit rescapés kwassa à la dérive Kenya
Les rescapés étaient très affaiblis quand ils ont été retrouvés par des pêcheurs kenyans. ©Faïza Soulé Youssouf

« Nous avons tous des douleurs terribles à la hanche, conséquence de notre posture dans le bateau durant 3 semaines »

Mohamed.O

Des douleurs à la hanche, mais aussi des insomnies. Ceux qui parviennent à dormir font des cauchemars. Sous perfusion depuis leur admission à l’hôpital, les 8 rescapés ont encore du mal à s’alimenter.

Tout ce que leur corps supporte, c’est du lait et de l’eau. Leur estomac qui pendant 22 jours a dû se contenter d’eau de mer et de poisson cru, doit de nouveau s’adapter. Ils souffrent aussi de plaies causées par des oiseaux qui ont tenté de se nourrir à même leurs chairs alors qu’ils gisaient au fond de la cale du bateau.

Mbaraka, Comorien habitant à Mombasa

 

"Nous avons dû nous résoudre à jeter un corps par-dessus-bord au bout du 3eme jour"

Les survivants ont pris le temps de se livrer à Mbaraka. De la douleur d’avoir vu mourir cette passagère rwandaise au 8e jour de la dérive du bateau. A l’obligation de jeter son corps par-dessus bord au bout du 3e jour alors qu’ils espéraient encore lui offrir une sépulture décente.  Même si les souvenirs sont confus quant à la date, ils se rappellent avoir perdu 2 compagnons en une seule journée. Aucune des 3 femmes à bord de l’infortuné bateau n’a survécu. « Une femme enceinte et son mari ont eux aussi rendu l’âme », a rapporté Mbaraka. En tout cas, Samir et ses compagnons rêvent juste de retourner chez eux, le plus rapidement possible. La date de leur rapatriement n’est pas encore connue.

Pour rappel, lundi dernier, des pêcheurs Kenyans repèrent un bateau qui avaient à son bord 8 passagers mal en point. Les 7 autres passagers sont morts de faim. Partie de l’île d’Anjouan pour Mayotte, vraisemblablement le 21 juillet, l’embarcation perd son hélice peu après le départ et dérive durant 3 semaines jusqu’à atteindre les côtes kenyanes.