Encore une nuit cauchemardesque pour les Pamandziens

violence pamandzi
Violences Pamandzi rond-point du tunnel
Cette voiture a été incendiée par les émeutiers. ©Papinot Zaïdani
Hier soir, des dizaines de voyous venues du quartier de la Vigie ont mis à sac le secteur du rond-point-du tunnel à Pamandzi. Les dégâts sont nombreux et les habitants sont ulcérés.

Réveil difficile pour les habitants de Pamandzi et plus particulièrement ceux habitant près du rond-point du tunnel. Des poubelles et une voiture ont été incendiées hier soir. Et de nombreux débris de cailloux et de verre, ainsi que des restes de grenades lacrymogènes étaient visibles ce matin sur la voie publique.

J'ai vraiment eu peur ! C'est mon fils qui m' a prévenue que la voiture garée devant chez moi avait pris feu. Quand j'ai appelé les pompiers, j'étais complètement paniquée, je ne savais pas quoi dire. Mais heureusement, ma famille, mes enfants étaient là, ils m'ont soutenu et les pompiers ont fini par arriver.

Kiladati Moendandze, riveraine du rond-point du tunnel à Pamandzi

Violences rond-point tunnel Pamandzi
Le rond-point du tunnel à la limite de Labattoir et Pamandzi parsemé de gravats ce matin. ©Papinot Zaïdani

Le tunnel, un point de ralliement quotidien des voyous après 22 h

Bien que sa voiture soit garée dans sa cour, celle-ci a eu le pare-brise cassé. Ces violences ont commencé d'abord entre bandes rivales. Et puis celles-ci se sont alliées contre les forces de l'ordre qui ont dû faire usage de grenades lacrymogènes pour disperser les voyous. Des scènes de violence inadmissibles pour les élus municipaux.

Ce lieu-dit tunnel est occupé tous les jours après 22 h par des malfrats qui viennent imposer leur loi. Hier, ils ont dépassé les bornes, il y a des voitures qui ont été incendiées, et des maisons qui risquaient de subir le même sort.
La population est plus qu'excédée !

Nous condamnons femement ces agissements et nous déplorons que les auteurs de ces violences ne soient pas sanctionnés quand ils sont interpellés par la gendarmerie.

Mohamed El Amine Abdourrahamane, adjoint au maire de Pamandzi chargé de la sécurité et du bien-être

Pour rassurer ses administrés, la municipalité de Pamandzi compte augmenter ses effectifs pour pouvoir patrouiller au-delà de 22 h. Mais désormais, les policiers sont armés et autorisés à faie usage de celles-ci si la situation l'exige.