Le rectorat, le parquet et l’agence régionale de santé mettent en place une mission sur la prévention des violences autour de l'école

violence
Elèves collège
©NCla1ère
L’actualité fait état régulièrement des actes de violence, parfois terribles, qui émeuvent la population. Raison pour laquelle, le parquet, le rectorat et l’ARS unissent leur force pour apporter 
des explications et des solutions à cette situation.
A Mayotte, les institutions ont commencé à se pencher sur le sujet des violences subies ou exercées par des enfants et adolescents, dans l’école et autour de l’école. Aujourd’hui, l’éducation nationale, la justice et l’agence régionale de santé mènent un travail conjoint, avec l’objectif de mettre en place, à terme, un observatoire de la violence.
Plusieurs thématiques ont déjà été retenues pour structurer les approches des phénomènes de violences : les violences, qu’elles qu’en soient les racines et les ressorts, dans les rapports adultes-enfants ou entre enfants ;  la notion de vengeance qui peut se retrouver dans les luttes inter-villages ; les violences sociales notamment d’appropriation dans un contexte de grande pauvreté.
Une mission confiée à deux personnalités reconnues - Balbine Ollier pour le Rectorat et Salim Mouhoutar pour l’Agence régionale de santé. Ces deux personnalités ont pour mission 
  • d’identifier et de solliciter les différents interlocuteurs (institutionnels, associatifs, politiques, religieux, …) susceptibles de contribuer à ce projet ;
  • de réunir et objectiver les données sur la violence en croisant les sources (entretiens, conseils de discipline, dépôts de plaintes, jugements…) ;
  • de comparer ces données avec celles d’autres territoires et de caractériser le sentiment d’insécurité perçu par la population à Mayotte.
« Nommer » les actes de violence, constitue une condition nécessaire si l’on veut ensuite résorber ce phénomène. La mission formulera des recommandations, s’agissant tant de la mise en place de l’observatoire lui-même que de l’identification des actions efficaces pour gérer les situations conflictuelles et prévenir la violence…
La mission, mise en place ce mercredi 5 février 20 , fournira ses recommandations dans un délai de trois mois.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live