10 ans d'inéligibilité et 3 ans de prison dont un ferme requis contre Andhanouni Saïd

justice
Audience détournement de fonds publics Andhanouni Saïd
Maître Alice Cooper a tenté d'atténuer les faits reprochés à son client Andhanouni Saïd par sa méconnaissance de la loi. ©Fahar Ousseni/Mayotte la 1ère
Mardi, le procureur a requis 10 ans d'inéligibilité pour Andhanouni Saïd, suspecté de détournements de fonds et de prise illégale d'intérêts. Il a surtout demandé à ce que le maire de Chirongui soit démis immédiatement de ses fonctions.

Ils auraient pu être 12 face aux juges mais pour aller vite le procureur a souhaité poursuivre les actes les plus incontestables. Du coup seuls 4 prévenus se sont présentés pour répondre aux accusations de prise illégale d'intérêt et détournement de fonds publics à la mairie de Chirongui.

Audience Andhanouni Saïd détournements de fonds publics
Le bâtonnier Ahmed Idriss défendait les entrepreneurs ayant bénéficié de marchés publics attribués par la mairie de Chirongui. ©Fahar Ousseni/Mayotte la 1ère


Le plus connu n’est autre que le maire lui-même, Andhanouni Saïd. Il doit répondre à dix chefs d'accusation car dès son élection, le maire de Chirongui a fait n'importe quoi avec l'argent public explique le procureur. En quelques mois, il a recruté sa sœur comme agent territorial spécialisé pour les écoles maternelles (Atsem). Sa fille est prise comme assistante de direction à la mairie. Et l’un de ses fervents soutiens et  ami, est devenu agent de sécurité alors qu’il avait dépassé l’âge légal pour la fonction publique.

Le maire recrute sa sœur et sa fille

Lors de son audition, le maire de Chirongui s'est longuement expliqué sur le poste de sa fille. Il affirme que c'est après avoir consulté son directeur général adjoint (DGA) sur la légalité du recrutement qu'il a fait ce choix. Le DGA, qui était là lors de la précédente mandature, l’aurait d'ailleurs rassuré en disant que ce même poste était occupé auparavant par la nièce de l'ancienne maire Hanima Ibrahima.

Mais ces recrutements ont provoqué d’importantes tensions au sein de la majorité. Ce n’est qu’après avoir consulté Mansour Kamardine que le maire a fait machine arrière et renvoyé sa fille. L’avocat l’ayant conformé que la procédure n’était pas légale.

Des marchés attribués sans appels d'offres

Le maire est aussi accusé de détournement de fonds publics. Il aurait confié des marchés à plusieurs entreprises sans appel d'offres et commander pour des centaines de milliers de euros de marchandises chez des commerces tenus par des proches avec des factures fictives impossibles à vérifier.
Lors de son réquisitoire, Yann le Bris s’est même demandé si ce n’était pas comme cela que se finançaient les campagnes électorales à Mayotte de manière illégale et avec l’argent public.

L'enquête a aussi révélé que le maire  avait loué plusieurs véhicules auprès de sociétés appartenant à des proches, à des prix beaucoup plus chers que ceux du marché.

Tourisme sexuel à Madagascar

L'un de ces véhicules aurait été payé par la mairie pour l'usage de son fils. Enfin Andhanouni Saïd et 3 de ses amis, notamment le DGS de la commune et le proche recruté comme agent de sécurité ont bénéficié d’un  voyage à Madagascar à hauteur de 12 000 euros. Pour le maire c'était un voyage destiné au rapprochement culturel entre Majunga et Chirongui.  Mais lors des auditions ses compagnons ont révélé qu’ils ont profité des plages et se sont livrés du tourisme sexuel.
Autre fait relevé par la juge lors du procès,  l'absence du responsable des affaires culturelles de Chirongui lors de ce voyage. Ce dernier aurait lui-même refusé de participer au voyage par peur de sa femme qui ne voulait  pas le laisser partir à Madagascar.

Dans sa plaidoirie maître Cooper l'avocate du maire de Chirongui met l’accent sur le fait que le maire ne connaissez pas les procédures.

Mon client n'a pas fait l'ENA,  mais il a un passé de mécanicien.

Alice Cooper, avocate du maire de Chirongui

C'est aussi un maire qui a réparé ces erreurs dès qu'il a compris que ce qu'il faisait n'était pas légal.  Elle a surtout insisté sur les sommes dérisoires en cause, de l’argent qui n’est pas entré dans la poche d’Andhanouni Saïd.  Pour elle il est plutôt question de négligence tout au plus et cela ne mérite pas l'inéligibilité. Une peine très rare même au niveau national. La décision du juge sera connue ce mardi.

Le parquet requiert la confiscation des véhicules et l' interdiction de marchés publics pour les entreprises

D'autres prévenus étaient jugés lors de ce procès notamment la fille et la sœur du maire accusés de recel de prise illégale d'intérêt. Le procureur requiert à leur rencontre des peines de 2 à 4 mois de prison avec sursis et une amende de 3 000 € pour la fille. Pour l'ami du maire recruté comme garde du corps, la réquisition est de 6 mois de prison avec sursis et 6 000 € d'amende. Pour les sociétés de location de véhicule, le procureur demande la confiscation des véhicules et des peines de prison avec sursis. Enfin, pour la société de distribution Aidjo, il requiert 30 000 € d’amende et une interdiction de marché public pendant 2 ans.