Said Mouhoudhoiri : « Le droit français n’est pas compatible avec ce qui se passe aujourd’hui »

zakweli
617ad70bda785_whatsapp-image-2021-10-28-at-07-59-14.jpeg
Said Mouhoudhoiri ©A.R
Said Mouhoudhoiri, porte-parole du collectif des citoyens 2018, était l’invité de Zakweli ce jeudi.

« Je n’ai pas encore lu le rapport de la mission sénatoriale sur l’insécurité et l’immigration à Mayotte, mais nous avons effectivement rencontré ici les sénateurs »

précise Said Mouhoudhoiri.

Il ajoute cependant : « Nous ne voulons plus de missions, mais des actes. Ils font leur sauce à Paris, nous sommes ici et nous subissons ». Selon lui « il n’y aurait qu’une solution : bloquer le pays, comme en 2011 ou 2018 mais ce n’est pas bon pour les Mahorais ».

Le porte-parole du collectif rappelle le mot d’ordre de Zéna Mdéré disparue il y a 22 ans : « être français pour être libre » ; mais il estime que « le droit français n’est pas compatible avec ce qui se passe aujourd’hui ». « Avant, quand les mahorais en avaient assez, ils prenaient ces gens-là et les renvoyaient dans des boutres. Aujourd’hui on ne peut plus le faire. Pendant que les maires protestaient contre l’incendie de la mairie de Koungou, le préfet naturalisait des étrangers. On naturalise massivement » déplore-t-il.

Le collectif des citoyens organise un rassemblement toute la journée de samedi au rond-point Ngwezi en hommage à Zéna Mdéré.