Transports scolaires, des conventions de gestion provisoire qui passent mal

transports
Transports scolaire, un nouvel avenant qui passe mal
séance de la commission permanente du conseil départemental ©Conseil Départemental 976
Réunie en urgence le samedi 29 août 2020, la commission permanente du Conseil départemental, présidée par Soibahadine Ibrahim Ramadani, a une nouvelle fois adopté les conventions de gestion provisoire avec les anciens titulaires des marchés.
Une semaine après la rentrée, et un mois  après la fin du dernier avenant qui liait le CD aux transporteurs scolaires, une délibération officialise enfin ce dimanche la relation entre le Département, autorité organisatrice et les anciens transporteurs pour une nouvelle phase provisoire, ce qui n’est pas du goût de tous les transporteurs,

On a dit au président du Département que nous sommes opposés à ces avenants parce qu’ils sont illégaux et on a proposé d’autres modèles juridiques qu’on peut appliquer pour le transport scolaire à Mayotte comme par exemple les marchés négociés avec tous les transporteurs, ils nous ont invité ici (au conseil départemental) pour des négociations… on a donc fait des offres, mais on a jamais eu de réponse de la part du département… et voilà qu’on apprend qu’il rédige encore des avenants déguisés… comme chaque année, depuis 2018, donc on est pas d’accord.

Madi Boinaidi, Mandataire du groupement ouvoimoja transport

Transports scolaire, un nouvel avenant qui passe mal
les transporteurs du groupement ouvoimoja, opposés a un avenant, attendent le vote de la commission permanente dans la cours du Conseil Départemental ©Taslimah Abdou Hamza
Adoptées, en commission permatente samedi 29 août 2020, ces conventions permettront d’organiser les transports scolaires jusqu’à la mise en œuvre du prochain marché pour la rentrée 2021. Aucun élu présent n'a souhaité s'exprimer à l'exception de l'opposant Daniel Zaidani. 

Si tous les élus qui sont réellement opposés à cette convention étaient venus en séance, le rapport n’aurait pas été adopté, il a été adopté par la politique de la chaise vide des élus qui n’osent pas assumer leurs responsabilités ; pendant plus de cinq ans ils ont tout accepté de Soihabadine ( ndlr, le président du conseil départemental), aujourd’hui à la veille des élections, ils font semblant alors que depuis cinq ans ils ne font rien à Mayotte. Je suis en colère parce que je ne peux pas accepter qu’un rapport soit adopté par 9 voix alors que nous sommes 26 élus. J’étais le seul dans l’hémicycle à exprimer mon opposition à ce rapport , tous les élus qui soi-disant sont opposés à ce rapport n’avaient qu’à venir et s’exprimer comme je l’ai fait aujourd’hui, un élu doit venir siéger, il doit venir s’exprimer au nom du peuple, il ne s’agit pas d’aller racoler les transporteurs à l’extérieur de l’hémicycle et leur dire je suis avec vous alors que c’est dans l’hémicycle qu’on doit s’exprimer et qu’on doit marquer son opposition

Daniel Zaidani, Conseiller Départemental de Pamandzi, ancien Président du Conseil Départemental

Le ramassage scolaire devrait donc reprendre normalement lundi 30 août, avec tous les transporteurs avec un cadre légal cette année scolaire 2020-2021, mais les salariés de Matis observent toujours une grève entamée le 18 août suite à la rédaction par le CD de son nouvel appel d’offre le 25 juin dernier d’une clause indiquait que « les salariés sont susceptibles d’être repris par la nouvelle entreprise délégataire…» sans garantir donc la reprise des 85 salariés… plusieurs sociétés sont en concurrence, deux de la Réunion, Matis, et l’Oiseau bleu, Tama ya leo na meso et le groupement local de 5 transporteurs Ouvoimoja. Opposés à cet énième "avenant" et soutenus par le collectif des citoyens de Mayotte, les transporteurs du groupement Ouvoimoja envisagent des actions dès lundi.  
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live