nouvelle calédonie
info locale

Justice: vers un désengorgement du Camp-Est ?

justice
Taubira
Après le passage ,à Nouméa, de la mission du ministère de la justice en septembre 2012, le constat est sans appel : le taux d'incarcération est deux fois plus élevé en Nouvelle-Calédonie que partout en France.La Ministre de la Justice Christiane Taubira souhaite inverser la tendance.
La circulaire émanant de la Chancellerie, disponible ICI , est très claire: et donne la direction à suivre  sur les orientations de la politique pénale en Nouvelle-Calédonie.
La Garde des Sceaux  veut d'abord développer  des alternatives aux poursuites. Recourir le plus largement possible au rappel à la loi, au classement sous condition de régularisation ou d'indemnisation, au développement de stages ou à la médiation pénale en lien avec les autorités coutumières sont quelques unes des pistes suggérées.
La ministre de la Justice souligne également la nécessité de diversifier les sanctions requises à l'aide notamment de l'utilisation de la procédure du plaider-coupable, trop peu utilisée aux yeux du ministère, mais surtout de trouver des peines alternatives à l'emprisonnement.  Au lieu d'envoyer un condamné directement par la case prison, l'idée est,notamment,de multiplier les peines de travail d'intérêt général en partenariat avec les collectivités et les associations locales. 
Enfin pour ceux qui n'ont pas pu échapper au Camp Est, la circulaire du ministère de Justice souhaite favoriser le développement des aménagements de peine et la généralisation du bracelet électronique. 
Ces mesures risquent de faire débat et devront surtout être confrontées à la réalité calédonienne. 
La procureur générale, Annie Brunet-Fuster, sera en charge d'exécuter à la lettre ces directives et de faire le point dans 6 mois sur sa bonne application , en tenant compte des spécificités locales tant juridiques que culturelles et "en associant le plus fréquemment possible la population locale au traitement des affaires pénales."

Sylvain.duchampt@francetv.fr (avec GLB)

Pour lire la circulaire Taubira , c'est ICI !

 
Publicité