Portrait de Sarah Hauser, jeune windsurfeuse calédonienne installée à Hawaii

windsurf
Sarah Hauser
©NC 1ère
Nous avons rencontré Sara Hauser, jeune Calédonienne de 25 ans résidant à Hawaii et elle court cette année pour la dernière étape de la Coupe du monde sur l'Anse Vata. Sarah fait de la planche depuis l’âge de 13-14 ans. Cette passion, elle la doit à son père qui a toujours aimé l’océan.
Son challenge : 
Sa discipline privilégiée en planche à voile étant les "vagues", elle fait cette épreuve de Slalom surtout pour le fun. Comme elle nous le dit : « je ne pouvais pas manquer une compétition qui se déroule chez moi ». Elle ne s’est pas beaucoup entraînée pour cette discipline ; elle utilise du matériel qu’on lui a prêté.

Ses principales adversaires : 
Elle ne craint personne en particulier. Elle nous confie qu’elle a un peu peur de tout le monde ! Elle a entendu dire qu’en slalom lors du virement de bouée, les compétitrices se rentraient franchement dedans. Pour sa part, elle prend une option tranquille.

Océane Lescadieux (compétitrice locale), la connais-tu ? «Oui je la connais bien c’est une adversaire très rapide. Depuis des années, elle s’entraine en slalom. Elle connait le plan d’eau, avantage qui à mon avis va être redoutable»

Pour les vagues : Hawaï ou Nouvelle-Calédonie? « Hawaï, j’aime beaucoup. Les vagues sont au bord, c’est plus facile d’y accéder. Ici les vagues sont sur le récif; il faut toujours prendre le bateau pour s’y rendre. Il est donc plus facile de s’entraîner dans des spots où les vagues sont accessibles »

En 3 mots, quelles sont les sensations que te procure le windsurf ? Liberté, adrénaline : liée à la peur dans les grosses vagues et nature, accompagnée de cette sensation de s’en rapprocher et de jouer avec les éléments comme le vent, l’eau, le courant.



Les Outre-mer en continu
Accéder au live