Huit condamnés à mort pour trafic de drogue exécutés en Indonésie

justice
Exécution de huit condamnés à mort en Indonésie
Un cercueil avec la dépouille d'un des huit condamnés à mort exécutés arrive au port de Nusakambangan dans une ambulance ©AFP (Romeo Gacad)
Dans la nuit de mardi à mercredi (heure de Jakarta), huit condamnés à mort pour trafic de drogue ont été exécutés. Selon les déclarations de leur avocat, deux ressortissants australiens seraient parmi eux. 
Huit personnes condamnées à mort en Indonésie pour trafic de drogue ont été exécutées par fusillade dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit (heure de Jakarta), selon les informations diffusées par des médias locaux. Un Philippin, qui devait être exécuté lui aussi, aurait été épargné à la dernière minute, et serait actuellement en attente dans le couloir de la mort.
 
En début de semaine, la Cour constitutionnelle indonésienne avait rejeté les recours en grâce de dernière minute pour des condamnés originaires du Nigéria, d’Australie et du Brésil. Le gouvernement brésilien a confirmé qu’un de ses ressortissants avait bien été exécuté dans la nuit de mardi à mercredi. 
 
Aucune information immédiate officielle n’a été émise par les autorités indonésiennes concernant le sort des deux ressortissants australiens, Andrew Chan et Myuran Sukumaran. Mais leur avocat a déclaré qu’il faisait partie des huit condamnés exécutés. 
 
Lundi, le gouvernement australien avait tenté de sauver ses ressortissants en demandant une révision du procès pour corruption. La ministre des affaires étrangères australienne Julie Bishop, avait jugé « très sérieuses » les déclarations faites par un avocat installé à Bali, qui avait raconté avoir versé des pots-de-vin à des magistrats pour obtenir une peine de prison inférieure à vingt ans pour les deux ressortissants australiens. Deal qui aurait échoué après que des juges aient exigé le versement de sommes d’argent plus importantes.