Congrès de Nouvelle-Calédonie: 30% d'augmentation pour le tabac et une taxe sur les carburants

politique
tabac nc
©NC 1ère
Séance intensive ce jeudi dans l'hémicycle du Congrès. Jusque tard dans la soirée, les élus ont âprement discuté plusieurs textes et examiné le rapport de la Chambre Territoriale des Comptes sur la politique éducative de la Nouvelle-Calédonie. 
Parmi les mesures adoptées, une hausse du prix du tabac et une taxe sur les carburants. Cette dernière servira à financer les projets de transport du territoire, le projet Néobus bien sûr mais aussi les projets du SMTI ( syndicat mixte des transports interurbains).

Pour financer ces projets, c’est le gazole qui est visé. Ainsi, la taxe va augmenter de 4,5 francs cfp par litre. Sur ce montant, 4 francs seront attribués au SMTU ( syndicat mixte des transports urbains) pour le projet Néobus, 0,5 francs cfppour le SMTI. C’est ce que prévoit le texte voté par la quasi unanimité des élus, après deux heures de débat. Débat qui portait essentiellement sur la répartition de cette manne entre SMTI et SMTU, ce dernier étant à l’origine le seul bénéficiaire de la hausse. Les élus ont également alerté le gouvernement sur la nécessaire vigilance quant à l’utilisation des fonds perçus via cette augmentation. De même, que le recours par ces établissements à l’argent de la Nouvelle-Calédonie devra dorénavant être limité. Le texte sera applicable dès sa publication au Journal officiel. La baisse du prix du gazole à la pompe constatée depuis quelques mois pourrait donc ralentir, voire s’inverser prochainement.
 
Autre prix à grimper bientôt, celui des cigarettes. Là encore après de longs débats, les élus ont adopté à la majorité l’augmentation de la taxe sur le tabac (le prix du paquet de cigarettes va augmenter de 30% à partir du 1er octobre). Le but est double et a été répété en séance : dissuader les fumeurs en passant le paquet à 1300 francs et réapprovisionner les caisses du RUAMM. Un double objectif contesté par les Républicains et l’UCF qui se sont abstenus. En cause également, la marge des revendeurs qui est maintenue telle quelle mais sera réévaluée à la hausse en cas d’impact trop important sur leur activité. C’est en tout cas ce qu’a promis Calédonie Ensemble...
 
Enfin, le dernier texte adopté devrait satisfaire les éleveurs. A 28 voix contre 24, les élus ont modifié les statuts de l’APICAN pour permettre l’indemnisation par l’agence en cas de braconnage. Cette modification permettra aussi une aide à l’assurance, dès que les discussions avec les assureurs aboutiront.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live