Flying Phantom : un bateau volant à Nouméa

voile
Noël Calé devant son Flying Phantom au Cata Club Calédonien
Noël Calé devant son Flying Phantom au Cata Club Calédonien ©C. Favennec NC1ere
Il en rêve depuis qu'il a vu les bateaux de la dernière Americas Cup voler au dessus du plan d'eau de San Francisco. A 80 ans, Noël Calé a fait venir le premier voilier à foil en Nouvelle-Calédonie. Un concentré de carbone et de technologie capable d'atteindre 35 nds à manier avec précaution.
C'est le premier du genre à prendre ses quartiers dans le lagon calédonien. Plébiscité par tous les Défis concourant pour la mythique Coupe de l'América, le plus vieux trophée sportif au monde, pour faire découvrir la navigation sur hydrofoils à leur équipiers.
Un bateau presque calédonien
Fabriqué par une PME bretonne, c'est Martin Fisher, architecte installé en Nouvelle-Calédonie qui en est le concepteur. Spécialiste mondial des quilles et dérives pour les catamarans de hautes performance, Martin Fisher a soit dessiné les plans, soit participé à la mise au point de voiliers parmi les plus performants au monde.
Le Flying Phantom est l'évolution ultime du catamaran de 18 pieds Capricorn, bien connu des navigateurs calédoniens, déjà dessiné par l'architecte.
Un bateau qui vole
L'ajout des foils et des dérives à ailettes transforme littéralement le bateau en machine à planer au dessus de l'eau. Le bateau va voler dès 8 noeuds de vent et est capable d'atteindre trois fois la vitesse du vent (35 noeuds pour 10-15 noeuds de vent). C'est la grande force de ce bateau, atteindre de très hautes vitesses avec un vent léger grâce à des frottements réduits au minimum.


Apprendre à gérer la vitesse
Prendre la mesure de la vitesse, ce sera l'une des difficultés de Noël Calé, navigateur sur Hobbie Cat depuis 40 ans.
Ce marin expérimenté connaît bien les catamarans classiques, mais l'acquisition de cette véritable Formule 1 des mers relève plus d'un état d'esprit entre passion, rêve et grain de folie.
Tous ses copains du Catamaran Club de Nouméa attendent avec impatience et envie le moment ou le bateau sera enfin sur l'eau.
Le fabricant conseille d'effectuer les premières sorties par un vent inférieur à 10 noeuds pour apprendre à faire voler le bateau. Il faudra donc attendre que l'alizé baisse de régime pour les premières sorties.
A 80 ans, Noël Calé a en tête un nouveau défi avec son bolide : faire la traversée Grande Terre/Ouvéa depuis Poindimié avant la fin de l'année.
Le bateau sera exposé à la Province Sud ce vendredi lors de la remise des prix de la Bluescope Race.