Affaire Tupocal : l'USOENC annonce la poursuite de sa mobilisation

conflit social
Conférence de presse de l'USOENC, mercredi 7 octobre 2015
Conférence de presse de l'USOENC, mercredi 7 octobre 2015 ©NC1ère
Mercredi matin, l'USOENC a souhaité réagir mercredi matin sur l'affaire Tupocal, qui dure depuis maintenant plusieurs mois. L'affaire concerne le licenciement, jugé abusif, d'un employé de l'entreprise au début de l'année.
En février dernier, un salarié de l'entreprise Tupocal Echappements à Ducos était licencié, officiellement pour faute grave. Un licenciement injuste et abusif selon l'Union des syndicats des ouvriers et employés de Nouvelle-Calédonie (USOENC), qui a convoqué une conférence de presse mercredi matin.

L'employé licencié travaillait au sein de l'entreprise depuis trente ans. En avril dernier, deux mois après son licenciement, il a touché 330.000 francs CFP pour solde de tout compte. L'USOENC a demandé à Tupocal 3 millions de francs CFP d'indemnités de départ.

Selon le syndicat, l'employeur prélevait sur les salaires les cotisations pour la mutuelle. "Ce salarié s'est retrouvé malade et à la mutuelle, on lui a dit qu'il n'était plus adhérent", poursuit Didier Guénant-Jeanson.

Toujours selon l'USOENC, l'employé aurait été licencié après avoir fait appel au syndicat pour le défendre.

"Ce monsieur [ndlr: le gérant de l'entreprise Tupocal Echappements] a décidé de mettre son entreprise en difficulté il y a un an, en licenciant d'une manière totalement illégale un salarié", a déclaré Didier Guénant-Jeanson, secrétaire général de l'USOENC.

Ecoutez la réaction de Didier Guénant-Jeanson au micro de William Lecren pour NC1ère La Radio :

ITW ISOENC 07/11/15


Le syndicat, qui demande depuis plusieurs mois une rencontre avec le dirigeant de l'entreprise, a décidé de poursuive le mouvement tant que ce dernier ne se mettrait pas à la table des négociations. Depuis début mars, des personnes sympathisantes de l’USOENC bloquent l'accès à l'entreprise Tupocal Echappements.