publicité

Les élus du Congrès réévaluent le taux directeur des dépenses du CHT

Après plus de 2 heures de discussions et une interruption de séance, les élus du Congrès ont finalement décidé de maintenir le taux directeur du CHT à 7.38%. Ils ont par ailleurs promis de se retrouver en août prochain afin d'étudier des pistes pour réduire les coûts de dépenses de l'établissement.

© NC 1ère
© NC 1ère
  • Cédrick Wakahugneme (avec IP)
  • Publié le , mis à jour le
La rue a finalement obtenu gain de cause. La mobilisation de l'intersyndicale ce jeudi a fait pencher la balance. Une délégation a été reçue par le Président du Congrès, Thierry Santa et un représentant de chaque groupe politique. Il s'agissait pour les élus du boulevard Vauban, d'entendre les revendications du personnel médical. Ce mécontentement a permis aux élus politiques de changer leur fusil d'épaule. 
 
Lors de l'étude de la délibération, les élus ont pris le temps de donner leurs positions sur le sujet. Ce dossier crucial a donné lieu à un débat riche et nourri. Tous les élus se sont accordés sur la nécessité de soutenir le CHT et la marche à blanc du Médipôle de Koutio. 
 
Après plus de deux heures de discussion générale, les élus ont opté pour une réévaluation du taux directeur - et son maintien à 7.1% comme préconisé par le rapport du cabinet KPMG de 2011 sur les dépenses hospitalières publiques.
 
Le 3.79% de taux directeur proposé par le gouvernement n'a donc pas fait l'unanimité. Les chefs des groupes politiques du Congrès ont en effet signé conjointement un amendement actant cette réévaluation. De manière global, le taux directeur des dépenses hospitalières publiques de la Nouvelle-Calédonie est établi à 5,71%. La répartition des taux en fonction des établissements est réparti comme suit : 7,38 pour le CHT (en y ajoutant la marche à blanc) et 0% pour le CHS et les CHN (les hôpitaux du Nord).
 
Les élus ont insisté sur le caractère provisoire du taux directeur du CHT . Il est notamment conditionné par le paiement de la dette de 1,7 milliard de Wallis-et-Futuna et l'apurement de la dette de la Cafat d'un peu plus de deux milliards de  francs CFP. Ils indiquent par ailleurs qu'il est nécessaire de trouver des solutions pour réaliser des économies afin de diminuer les coûts du CHT - comme l'obtention d’avantages fiscaux sur l'achat des équipements médicaux. 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête