L'agence Air France prise d'assaut, les magasins aussi

coronavirus
Mosaïque ruée sur l'agence Air France et les rayons
©NC la 1ere
Depuis vendredi, et la première allocution d'Emmanuel Macron concernant le coronavirus, de nombreux voyageurs se tournent vers la délégation d'Air France en Nouvelle-Calédonie pour modifier leur billet. Et dans certains magasins, c'est déjà la ruée. 

Côté agence

Depuis vendredi, et la première allocution d'Emmanuel Macron concernant le coronavirus, de nombreux voyageurs se tournent vers Air France pour essayer de modifier leur billet. Ce mardi matin, beaucoup de monde et beaucoup de questions, à l'agence de Nouméa. 
 

Ce n'est pas une période propice pour voyager et je préfère remettre à l'année prochaine. 
- Une cliente

 
Coronavirus, prise de température à Auckland, mars 2020
A l'aéroport d'Auckland, questionnaires et prise de température pour les passagers à destination des îles du Pacifique ©Cédric L.

SALE TEMPS POUR VOYAGER
Le coronavirus chamboule les projets de voyage. Depuis quinze jours, la compagnie aérienne a fait un geste commercial en proposant ses clients de différer les réservations sans surcoût ou d'obtenir un avoir. Des opportunités saisies au vol. 
 

Notre objectif, aujourd'hui, sera vraiment de maintenir les vols dans le court-terme pour permettre  à chaque personne de rejoindre son lieu de résidence
- Nathalie Gringore, directrice des ventes à la délégation Air France


MOBILISATION
Horaires d'ouverture élargis, renforcement du personnel : depuis cinq jours, l'agence Air France fait face à un surcroît de travail. Il y a les clients qui souhaitent quitter au plus vite la Calédonie et les autres, qui n'aspirent qu'à rentrer.
 

On est venus échanger nos billets pour rentrer plus tôt en France. Je suis ici en déplacement professionnel jusqu'au 29 mars, mais on ne sait pas s'il y aura des avions jusqu'au 29 mars. On vient pour essayer de rentrer un peu plus tôt, pour être sûrs de rentrer à la maison.
- Un client

 
Coronavirus, l'aéroport japonais de Narita étrangement vide. 17 mars 2020
Mardi, 13 heures, l'aéroport japonais de Narita étrangement vide. ©DR

RETOUR DANS L'HEXAGONE PAR LE JAPON
Il s'agit de permettre à des vacanciers de rentrer au plus vite en Métropole, explique Nathalie Gringore, directrice des ventes à la délégation Air France. «Par la ligne Japon-Paris en correspondance avec les vols d'Aircalin. On est en coordination avec notre partenaire pour assurer ce vol de bout en bout, surtout pas d'inquiétude, personne ne sera bloqué au Japon». 

PARENTS D'ETUDIANT(E)
«Et dans l'autre sens également», poursuit-elle en évoquant notamment les étudiants. «On a beaucoup de clients qui nous parlent de leur fils, de leur fille, qui sont en métropole et qui veulent rentrer, qui sont inquiets. Notre rôle est vraiment, sur les quinze prochains jours, d'assurer cette rotation pour permettre à chacun de rentrer à son domicile.» 
A signaler qu'Air France envisage de nouvelles mesures commerciales d'ici vingt-quatre ou quarante-huit heures, pour permettre au plus grand nombre d'être rapatrié.
Un reportage d'Isabelle Braouet et Laura Schintu :
©nouvellecaledonie
 

Côté rayons

Pas encore de cas confirmé de Covid-19 sur le Caillou, mais déjà la ruée dans certains magasins. Les Calédoniens font le stock de pâtes, de riz ou de sucre, par peur de manquer si la situation venait à s’aggraver. Exemple dans un supermarché nouméen, mardi matin : le rayon des pâtes a été dévalisé, les rouleaux de papier toilette sont pris d’assaut et dans les chariots, les produits de première nécessité s’accumulent. 

Ma sœur m’a appelée ce matin de Métropole et m’a dit ce qui se passait. Vu que j'ai des enfants, je suis venue faire mon petit stock, au cas où. 
- Une cliente

 
Coronavirus, courses dans un supermarché de Nouméa, 17 mars 2021
Dans un supermarché de Nouméa, mardi matin. ©Coralie Cochin / NC la 1ere

PROBLEME INFORMATIQUE
Du côté des distributeurs, on cherche à rassurer. Si les rayons n’ont pas été approvisionnés ce week-end, ce n’est pas pour des raisons sanitaires. Mais à cause d’un dysfonctionnement du système informatique après le passage de la dépression Gretel. Pas de risque de pénurie, donc, selon les distributeurs. A condition que les consommateurs jouent le jeu, et évitent d’accumuler chez eux des quantités de marchandise. 
 

Il faut totalement se calmer sur le sujet. On a des stocks disponibles  en entrepôt. Tous nos partenaires sur toute la Calédonie sont mobilisés, et sont des professionnels, pour nous redonner de la marchandise. On a des stocks sains pour plusieurs mois. 
- Laurent Demar, responsable dans un hypermarché


Le reportage de Coralie Cochin et Gaël Detcheverry :
©nouvellecaledonie

A lire, les décisions annoncées par le gouvernement calédonien :
Les Outre-mer en continu
Accéder au live