Australie : le cargo d'un armateur en faillite est bloqué au large de Melbourne

transports
Le cargo Hanjin Milano. (
un cargo ©Supplied / Dale Crisp
La faillite d'Hanjin Shipping, l'une des plus grandes compagnies maritimes au monde, fait des vagues jusqu'à Melbourne, en Australie. Le Hanjin Milano, l'un de ses cargos, a jeté l'encre au large de la ville. Les marins pourraient rapidement manquer de nourriture.
La semaine dernière, le Hanjin California, autre cargo de la compagnie sud-coréenne de transport, a été saisi par des créanciers dès son entrée dans le port de Sydney. Les fournisseurs de carburant sont généralement les premiers à essayer de récupérer leur argent quand une compagnie maritime fait faillite, explique Jim Wilson, l'éditeur australien de la revue sur les transports maritimes Lloyd's List (la Liste de Lloyd). 
 
Pour éviter de subir le même sort, le Hanjin Milano a donc renoncé à s'amarrer à un quai du port de Melbourne et il est, pour le moment, coincé à l'entrée de la baie de port Philip avec ses marchandises. Une situation critique, surtout pour les membres d'équipage, souligne Jim Wilson :
 
« En général, il y a relativement peu de nourriture à bord d'un cargo, parce que les bateaux s'arrêtent dans de nombreux ports, donc il est facile pour eux d'acheter des aliments frais au cours du trajet. D'après les fournisseurs de ces cargos, ils ont entre deux et quatre semaines de provisions. Or, ça doit faire trois-quatre semaines qu'ils errent en mer, en utilisant aussi peu de carburant que possible. »
 
On ne sait pas combien de personnes sont à bord du Hanjin Milano. Une soixantaine d'autres cargos de la compagnie sud-coréenne sont dans cette situation dans le monde entier. 
 
Pour Jim Wilson, la faillite de ce géant n'est pas étonnant, son erreur a été d'acheter trop de bateaux. Un grand classique, d'après lui :
 
« Il y a énormément de cargos en mer et si vous regardez les prévisions, il y en aura encore plus à l'avenir. Les entreprises de fret maritime passent leur temps à acheter des bateaux, et quand elles ont un moment de libre, elles achètent encore plus de bateaux… Il y a quelques années, lors d'une conférence, le président d'une très grosse compagnie maritime a dit à ses pairs : 'Arrêtez d'acheter des cargos, c'est terrible, on est en train de signer notre arrêt de mort.' Et deux secondes plus tard, il disait 'ah, au fait, je viens d'acheter huit bateaux énormes'. »
 
S'il y a donc aujourd'hui trop de cargos par rapport au nombre de marchandises à transporter, il faut tout de même souligner que près de 95% des biens de consommation sont acheminés par des porte-conteneurs.