publicité

Calédoniens ailleurs

rss

Calédoniens ailleurs : Axel Kaqea, l’envie de s’en sortir

Nombre de nos compatriotes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Etudes, recherche d'emploi, envie d'ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l'aventure ailleurs ? Cette semaine, Axel Kaqea, étudiant en Irlande.

Calédoniens ailleurs : Axel Kaqea, l’envie de s’en sortir © DR
© DR Calédoniens ailleurs : Axel Kaqea, l’envie de s’en sortir
  • Par Ambre Lefeivre
  • Publié le , mis à jour le
Fraîchement débarqué à Dublin, étudiant l’anglais, Axel se donne les moyens de réussir. Le jeune homme est bien décidé à ne pas laisser passer sa chance, lui qui revient de loin.

Adolescent, le Kanak caresse le rêve de devenir steward. « J’ai beaucoup voyagé avec mes parents, j’ai toujours aimé voir du pays, découvrir de nouvelles cultures. J’ai été en quelque sorte conditionné pour faire ce métier.» Mais le lycéen décide de s’engager sur une voie scientifique sur les conseils de ses proches. En Terminale S option sciences de l’ingénieur, Axel s’accroche mais n’y arrive pas. « Ce choix ne me convenait définitivement pas. » Conséquence de cette mauvaise orientation : le Calédonien rate son bac au rattrapage en 2013. Un coup de massue pour Axel. Choqué, il décide de ne pas le représenter l’année suivante. « Tous mes proches étaient contre mais parfois je n’en fais qu’à ma tête. » Pendant deux ans, le jeune homme se laisse vivre. Cette oisiveté quotidienne a finalement raison de lui. « J’ai eu envie de m’en sortir. Je savais aussi que mes parents ne seraient pas toujours là à tout me donner. » En fin d’année 2015, il fait des démarches auprès du South Pacific Sports Leadership (SPSLS) dans le cadre de son église évangélique pour obtenir un brevet d'animateur (comme un BAFA).

Axel a obtenu un SPSLS, sorte de BAFA à Fidji
Axel a obtenu un SPSLS, sorte de BAFA à Fidji

La formation dispensée en anglais l’emmène jusqu’à Nandi et Fidji. Un voyage qui lui ouvre les yeux. « Ce séjour fut un déclic. A partir de là, mon rêve de devenir steward est revenu. Je me suis dit ‘je rentre et je fais tout pour faire des études d’anglais'. » De retour en Nouvelle-Calédonie, il arrête son choix sur un séjour linguistique en Nouvelle-Zélande. Pour mener à bien son projet, Axel organise avec ses parents des ventes de salades de poisson. Il s’installe à Auckland dans une auberge de jeunesse d’avril à juin 2017. Sur place, camarades et professeurs l’incitent à passer un des tests d’anglais. « J’ai décidé de passer le Cambridge et souhaitais rester en Nouvelle-Zélande pour le faire mais financièrement, c’était compliqué. »  Revenu sur le Caillou, le Kanak originaire de Lifou met, là encore, tout en œuvre pour bien préparer son projet de voyage. « On a recommencé les ventes de salades de poisson et j’ai effectué toutes les démarches pour repartir. » 

Axel est installé à Dublin le temps de passer son Cambridge © DR
© DR Axel est installé à Dublin le temps de passer son Cambridge

Cette fois-ci, Axel décide d’aller plus loin et de découvrir l’Europe. Dublin devient donc sa prochaine destination. En attendant son départ, le jeune homme économise grâce notamment à un emploi d’extra pendant quelques mois au Méridien de Nouméa. Arrivé en Irlande mi-janvier, le jeune homme découvre une nouvelle vie.  En colocation avec treize autres étudiants, le Calédonien est également à la recherche de 'petits boulots'. Axel n’oublie surtout pas son rêve de devenir personnel naviguant commercial. « Après mon Cambridge, j’aimerai rentrer au pays pour passer la théorie avant de continuer la pratique en métropole et d’exercer ce métier quelque part dans le monde. »

par ambre@lefeivre.info 

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play