publicité

Calédoniens ailleurs : Phil Crifo, une passion devenue réalité

De nombreux jeunes font le choix de quitter la Nouvelle-Calédonie. Etudes, recherche d’emploi, envie d’ailleurs, les raisons sont multiples. Mais qui sont ces Calédoniens qui tentent l’aventure ailleurs ? Cette semaine, Phil Crifo, développeur artistique de jeu vidéo. 

Calédoniens ailleurs : Phil Crifo, une passion devenue réalité © Phil Crifo
© Phil Crifo Calédoniens ailleurs : Phil Crifo, une passion devenue réalité
  • Par Ambre Lefeivre
  • Publié le , mis à jour le
« Je suis passionné par les jeux vidéos depuis l’enfance. Petit, j’étais émerveillé par ces univers que je trouvais magiques ».  Phil a fait de son rêve une réalité. A 24 ans, le Calédonien vient tout juste de sortir un jeu vidéo. Ce métis tahitien a toujours eu le goût de l’image et l’envie de travailler dans l’audiovisuel.

En section Littéraire au lycée, Phil choisit l’option arts plastiques. L’occasion pour lui, de réaliser plusieurs courts-métrages. Certains sont récompensés au Festival du film de La Foa. Avec Théo Quillier, Phil remporte le prix du meilleur court-métrage en 2008 avec « Vers le petit coin et l’au-delà ». L’année suivante, les garçons gagnent le prix du jury Province Sud pour « Opuntia ». Le jeune bachelier s’installe alors à Nice où il intègre l’ESRA, l’Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle. Au sein de son école de cinéma, le Calédonien choisit la section animation 3D.  C’est en dernière année que Phil constate que sa passion pour le jeu vidéo est plus forte que celle pour le cinéma. « Je me suis rendu compte que le jeu vidéo me plaisait plus que tout. J’aime cette notion d’interactivité qu’on donne aux joueurs qui n’existe pas au cinéma et qui ouvre des possibilités incroyables ».
Les deux créateurs de "Fossil Echo" : Phil Crifo et Thierry Boura © Phil Crifo
© Phil Crifo Les deux créateurs de "Fossil Echo" : Phil Crifo et Thierry Boura
Un détail empêche le jeune homme de se lancer pleinement dans l’aventure : son manque de compétences en informatique.Entre deux petits jobs dans la pub ou l’animation audiovisuelle, Phil propose à un ami d’enfance développeur informatique, Thierry Boura de s’associer pour créer un jeu vidéo inédit.  Les deux amis s’installent à Bordeaux en 2014 et se lancent, Phil à l’écriture du scénario et au dessin, Thierry derrière l’ordinateur. Ils créent dans le même temps leur studio indépendant baptisé Awaceb. La collaboration est fructueuse. « Thierry et moi avons une relation professionnelle,  tout comme notre amitié, au top. On se fait confiance, on est complémentaires ».  Moins d’un an plus tard, « Fossil Echo » voit le jour.  
Le Calédonien participe à de nombreux salons spécialisés pour faire connaitre "Fossil Echo". © Phil Crifo
© Phil Crifo Le Calédonien participe à de nombreux salons spécialisés pour faire connaitre "Fossil Echo".
Phil a imaginé un jeu d’aventure avec un petit garçon qui doit escalader une immense tour au milieu de l’océan. Le jeune homme y a mis un peu de son île dans le jeu. « Les gens me font la remarque que le jeu vidéo fait référence à la Nouvelle-Calédonie. Je l’ai fait inconsciemment à travers des détails subtils ».  Les garçons écument les salons professionnels dans le monde et les premiers retours sont positifs. Alors que le jeu ne voit le jour que deux ans plus tard (le 1er juillet 2016), Phil remplit son carnet de précommandes à Londres, Paris ou encore Singapour.  Boosté les ventes, l’artiste voit plus loin tout en gardant les pieds sur terre. « J’ai plein d’idées pour de prochains jeux vidéos, c’est beau d’être passionné mais il faut pouvoir en vivre ».

Découvrez la bande- annonce de « Fossil Echo ». 
Calédoniens ailleurs : Phil Crifo, une passion devenue réalité
Calédoniens ailleurs : Phil Crifo, une passion devenue réalité  -  Phil Crifo
Par ambre@lefeivre.info 

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play